Histoire du lieu

Les Subsistances sont un lieu patrimonial à l’histoire riche. Si les premières traces d’occupation remontent au IIe siècle après Jésus-Christ, ce sont surtout les quatre derniers siècles qui ont laissé ici leurs marques. Depuis le XVIIe siècle, les Subsistances ont connu trois grandes affectations : d’abord couvent, puis caserne militaire, le site se transforme ensuite en lieu culturel à partir de 2000.

De l’antiquité gallo-romaine…

Zone artisanale de potiers, verriers et bronziers.

… au XVIIe : Le couvent Sainte-Marie-des-ChaÎnes…

1640 Construction du couvent Sainte-Marie-des-Chaînes pour l’ordre de la Visitation, fondé par Saint-François de Sales. La première messe est célébrée le 29 septembre par une dizaine de sœurs.
1689 Décès de Louise Catherine Verrat, supérieure du couvent. Son action a été particulièrement déterminante pour le dynamisme et la puissance qu’acquiert la congrégation.
1700 Le couvent connaît des difficultés financières. Sœur Séraphique d’Honoraty entreprend de grands travaux d’agrandissement : un nouveau bâtiment presque achevé s’effondre ; elle recommence un nouveau claustral, inachevé, qui est le seul bâtiment conservé aujourd’hui.
1712 Inondation du quai ; la nouvelle bâtisse, élevée et éloignée de la Saône est d’un grand secours aux sœurs.
1731 Une terrasse et un nouvel étage avec douze cellules sont édifiés dans le claustral.
1790 Pendant la révolution française, les Visitandines se réfugient à Annecy, dans leur maison mère du Duché de Savoie. L’église est démolie à ce moment là.

… au XIXe: Les Subsistances militaires…

1807 Le couvent est mis à la disposition du ministère de la Guerre.
1840 Construction de la Manutention de Sainte-Marie-des-Chaînes.
1841 L’ensemble prend le nom de Manutention militaire.
1853 Construction d’un premier moulin à grain.
1870 La cour centrale est protégée par une verrière métallique.
1885 Construction de deux autres moulins à grains.
1914 Jusqu’à 18 fours produisent du pain pendant la 1ère guerre mondiale.
1941 Le site est rebaptisé Subsistances militaires.
1960 Les fonctions de conditionnement et de transformation (café, vins, pain…) disparaissent au profit d’une multiplication de produits.
1991 L’armée quitte les lieux.
1996 La ville de Lyon détient l’usufruit et la nue-propriété du site.
1998 La ville de Lyon consacre le site à l’activité artistique et culturelle.

… à aujourd’hui : Le laboratoire de création artistique

2000 Paul Grémeret préfigure le projet et décède dans le cadre de ses fonctions. Klaus Hersche lui succède.
2001 Inauguration du site rénové (les rez-de-chaussées, le clos et le couvert) par l’architecte Denis Eyraud.
2003 Guy Walter et Cathy Bouvard reprennent la direction des Subsistances et créent le Laboratoire international de création artistique.
2005 Deuxième tranche de rénovation (l’ensemble des bâtiments) sous l’impulsion de Gérard Collomb. Les travaux sont dirigés par les architectes Michel Lassagne et William Vassal.
2007 Implantation de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon.

En savoir plus sur le projet artistique actuel