Thierry Boutonnier

Substances (Étape 1)
œuvre végétale

Œuvre végétale temporaire sur l’Esplanade

« S’adosser à la force du végétal, pour développer une puissance d’agir”, tel est le leitmotiv de l’artiste Thierry Boutonnier. Il engage un projet de végétalisation d’une partie du site des Subsistances dont cette installation de fertilisation de tas de terre est le premier acte. Les phases suivantes consisteront à enlever le bitume d’un parking pour y aménager une aire végétale : la clairière des tilleuls, espace d’agrément, de jardinage, de programmes culturels et d’ateliers. La réalisation de cette oeuvre-écosystème sera menée de façon participative avec les usagers du site et les voisins. Les vergers, plantes aromatiques reprendront également leurs places initiales sur les balmes, surplombant les Subsistances.

Inauguration le mardi 15 septembre à 19h avec la performance chorégraphique Graminée, de Sylvain Prunenec.

Le conducteur des travaux des pyramides : Philippe

 

L’artiste Thierry Boutonnier souhaite accompagner la transformation des Subsistances grâce à une œuvre végétale et artistique. Son ambition est de cultiver ce qui est caché, sous la croûte formée par le bitume, grâce à des actions participatives. Ces dernières dévoileront et magnifieront la porosité des sols et donneront forme à la « Clairière des tilleuls ».

Durant un cycle de 4 ans, de 2020 à 2024, Thierry Boutonnier et son équipe accompagneront la mychorization* et la perméabilisation des sous-sols, puis la culture d’une clairière. Substances sera in fine une œuvre-écosystème pour expérimenter collectivement l’éco-conception avec les étudiants de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, les résidents et les publics des SUBS et, au-delà, de la métropole lyonnaise.

Substances sera évolutive, participative et pérenne. Elle aboutira à un paysage créé avec l’aide de l’agence IN SITU, voisine des SUBS. La réalisation entrera en résonance avec d’autres réalisations en cours afin de mutualiser les expérimentations, favoriser le partage des connaissances et faire évoluer l’éco-conception pour les ouvrages d’arts contemporains dans l’espace public. À plus long terme, Thierry Boutonnier souhaite accompagner les eaux météores, ainsi que la source située à proximité des SUBS, pour les aider à rejoindre la Saône dans les règles de l’art.

*Transformation des racines de plantes chlorophylliennes (arbres, arbustes, plantes annuelles) par association interne avec un champignon (Larousse.fr, consulté le 23/07/2020)

Né en 1980 dans le Sud-Ouest de la France, THIERRY BOUTONNIER affirme ses filiations agricoles et développe sa pratique artistique en affrontant la question de la domestication. Il mêle les arts et les sciences du vivant durant son parcours académique (ENSBA de Lyon, Concordia University Montreal, IG2E université de Lyon 1, SPEAP) et au travers de ses expérimentations collectives. Il déploie un large panel de comportements singuliers qui interrogent la modernité et la grande accélération. Ainsi il met en œuvre des alternatives pour affronter l’exploitation et poser la question de notre responsabilité.

Thierry Boutonnier s’emploie à développer des projets collectifs. S’ancrant dans des territoires spécifiques, ces œuvres sont conçues et co-construites sur un temps long afin de tisser des liens avec les populations et les contextes locaux, l’amener à participer à un ouvrage et échanger des savoirs et savoir-faire qui contribuent eux-mêmes à enrichir l’œuvre. Premier Lauréat du prix COAL en 2010, il travaille régulièrement avec l’association COAL Art et développement Durable (http://www.projetcoal.org/coal/). Fort d’intenses coopérations, il réalise donc des œuvres collectivement et en interdépendance avec des écosystèmes comme pour Lausanne Jardin (2009), la Biennale d’art contemporain de Lyon (2017), le Grand Paris (depuis 2016) ou la Fabrique des Arts Vivants à Nyon (Depuis 2019). Son travail fait l’objet d’expositions en France et à l’international.

Création : Thierry Boutonnier
Sculpteur à la pelle mécanique : Anthony
Le conducteur des travaux des pyramides : Philippe
Le sculpteur à la truelle : Fabien
Le sculpteur à la pelle : Abdallah
En partenariat avec : L’atelier in situ et Parcs et sports

La ville-forêt. Vers une nouvelle culture urbaine
Du 15 septembre au 18 décembre 2020 au CAUE Rhône Métropole.

L’exposition propose en cinq temps d’initier un parcours à la recherche de cette ville-forêt :
– Orées. Quand les villes rencontrent les forêts.
– Regards. La forêt peut-elle transformer l’urbanité ?
– Synergies. Les 1001 bienfaits de la ville-forêt.
– Sentiers. Comment donner corps à la ville-forêt.
– Un Laboratoire qui invite le visiteur à s’immerger et imaginer ce qu’est la ville-forêt.

Elle s’accompagne de la présentation de trois installations artistiques :
Partir, refaire, 2020, sculpture, Awena Cozannet
La Forêt, 2020, peinture, Joël Gangloff
In a sea of trees, 2017, dessin, Laurent Perche

Exposition coproduite par l’Agence d’Urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise et de la Métropole de Lyon, scénographiée et présentée au CAUE Rhône Métropole.