Rafael de Paula

Ikuemän

Danse / Cirque

Pour cette création, Rafael de Paula et la Compagnie du Chaos sont accueillis en résidence aux Subs, ainsi que hors les murs dans des établissements médico-sociaux de la Fondation OVE depuis 2018.

« Un pas après l’autre / Avance, avance, avance ».

Ces vers, Rafael de Paula les adresse aux sans-terre, déracinés comme lui. De cette histoire, naît une danse rituelle : Ikuemän, qui signifie marcher dans la langue des Kayapos*.
Sur cinq mâts chinois, totems érigés vers les cieux, cinq performeurs évoluent à la verticale dans les ténèbres. Rafael de Paula et ses compagnons « du Chaos » donnent vie à une tribu chimérique, aérienne et nomade. Ce sont les ultimes survivants d’une civilisation ancienne, tombée dans l’oubli après son déclin. Ils font du déracinement et de la perte de repères une source de vie.

*Les Kayapos sont une tribu amazonienne aux terres menacées par l’extraction de l’or et la déforestation.

Plus d’information sur compagnieduchaos.com.

Chorégraphe et interprète : Rafael de Paula
Interprètes : Béatrice Debrabant, Harold De Bourran, Joana Nicioli, Rafael de Paula, Ward Mortier
Aide à la dramaturgie : Chloé Sanchez
Création sonore : Frédéric Marolleau
Lumière et costumes : en cours

Remerciements : Andres Labarca pour l’aide au mouvement, Rafael Camisassa pour le graphisme, Vasil Tasevski pour la photographie

Production : La Compagnie du Chaos

Coproductions et accueils en résidence : Plateforme 2 Pôles Cirque en Normandie – La Brèche à Cherbourg et le Cirque-Théâtre d’Elbeuf / Le Manège – Scène Nationale de Reims / Les Subsistances à Lyon / Théâtre d’Arles
Accueils en résidence : Associazione Culturale IdeAgorà – Festival Mirabilia à Turin / La Verrerie d’Alès / Pôle National Cirque Occitanie
Partenaires institutionnels : Conseil Régional Grand Est – Aide aux projets de création / Drac Grand Est – Aide à la Création / DGCA – Aide à la Création / Fondation OVE
Autres : AY-ROOP / Théâtre du Vieux Saint-Etienne, Rennes

Ikuemän est une pièce de cirque chorégraphique pour 5 performeurs venus du cirque et une danseuse, autour de la thématique du déplacement humain et des conséquences que ces déplacements ont sur l’individu.

Quelles sont les conséquence de ces déplacements humains d’hier ou d’aujourd’hui sur la société et sur l’individu dans le monde globalisé qu’est le nôtre ?

Perte de repères, déracinement, assimilation d’une nouvelle langue, métissage culturel, syncrétisme religieux, évolution des identités culturelles des peuples. Pour certains ces changements réveillent la peur, pour d’autres, l’espoir.

Ikuemän prend le point de vue de ces migrants et de ces expatriés. Quel est ce désir qui pousse ces individus à faire le saut dans l’inconnu, dans une quête de la Terre promise ? Inspiré par l’univers sacré des rites primitifs régis par un souffle vital, et à travers les rituels que nous avons créés, j’aimerais traiter des thématiques du déracinement et de la perte des repères.

Une forme de transe, un cri à la vie. Ikuemän est une pièce qui représente un  retour à l’essentiel, un rapport primitif à la représentation. Le corps, la voix, le mouvement, le rythme, la musique et l’objet comme matière première.

La Compagnie du Chaos a été créée fin 2012 autour du travail de Rafael De Paula, artiste de cirque contemporain, acrobate au mât chinois, afin de porter ses projets de création à venir.
De 2015 à 2018, la compagnie établit un partenariat avec l’association AY-ROOP, spécialisée dans le cirque contemporain, pour assurer les missions liées à la production et à la diffusion des projets de la compagnie, Fred Cardon est, quant à lui, président et administrateur de la compagnie. 2019 est un nouveau tournant puisque la compagnie décide de monter sa propre équipe de production.

La première création de Rafael De Paula, Vigilia, était un solo de mât chinois alliant acrobatie, chorégraphie et arts numériques, dont la première a été jouée au Nouveau Relax à Chaumont en mai 2014. Par la suite, le spectacle a été joué une vingtaine de fois jusqu’en octobre 2015, en France, ainsi qu’en Italie et en Argentine. Ce premier projet avait reçu le soutien du Dicréam (dispositif pour la création artistique multimédia et numérique du CNC).

Après un premier travail de recherche informelle à Barcelone fin 2014, et au cours d’une première résidence en février 2015 à La Courneuve, Rafael a commencé à travailler sur sa deuxième création, Nebula, un projet qui alliait de nouveau mât chinois, chorégraphie et arts numériques, mais en duo cette fois. Une série de résidences de création, en France et en Italie, s’est déroulée tout au long des années 2015 et 2016, et le spectacle a été créé en octobre 2016 au Cirque Théâtre d’Elbeuf. Depuis sa création, une vingtaine de représentations du spectacle ont été données en France, en Allemagne, au Portugal et en Italie. Nebula est toujours au répertoire de la compagnie. Ce deuxième projet a bénéficié du soutien du dispositif européen CircusNext, du Ministère de la Culture et de la Communication (DGCA / aide à la création, DRAC / aide à la production et CNC / Dicréam), et du Conseil Régional de Champagne-Ardenne, ainsi que de la SACD (Bourse Beaumarchais et Processus Cirque).

Grâce à ces deux spectacles, Rafael De Paula a pu être reconnu dans les réseaux culturels, et en particulier ceux produisant et diffusant du cirque, comme un artiste talentueux, exigeant, occupant une place particulière dans le milieu de la création circassienne. Des scènes aussi reconnues pour leur programmation circassienne contemporaine que le Manège de Reims, le Cirque-Théâtre d’Elbeuf, Les Subsistances à Lyon, le Théâtre d’Arles, le Festival Mirabilia à Fossano (Italie), le Berliner Festspiele à Berlin, la Biennale Internationale des Arts du Cirque de Marseille suivent dorénavant avec attention le travail de création de la compagnie et le soutiennent.

En 2017, Rafael a voulu revenir à une forme de simplicité et de dépouillement. Suite à une proposition de carte blanche du Festival Mirabilia à Fossano, il a créé le solo Nonada au mât chinois, qui a été montré une douzaine de fois durant l’été 2017 et est programmé dans différents lieux tout au long de la saison 2017-2018 (Les Subsistances à Lyon, Festival DañsFabrik — le Quartz à Brest, Eclat(s) de rue à Caen…).

À partir des premiers mois de 2017, Rafael a commencé à concevoir le nouveau projet de la compagnie, Ikuemän, qui réunit cette fois 5 artistes sur le plateau. Des résidences de création se dérouleront durant les années 2018 et 2019, pour une création au Cirque Théâtre d’Elbeuf début octobre 2019.

Des structures phares de la création contemporaine co-produisent ce nouveau projet (Plateforme 2 Pôles Cirque en Normandie — la Brèche à Cherbourg et le Cirque Théâtre d’Elbeuf ; Le Manège — Scène Nationale de Reims ; Les Subsistances — Lyon ; Théâtre d’Arles). La diversité de ces structures et leur intérêt marqué pour le travail de la compagnie démontre la place spécifique qu’occupe le travail de Rafael de Paula dans le paysage circassien actuel. En effet, sa démarche associant des questionnements autour de l’agrès (le mât chinois) et des croisements entre plusieurs disciplines (chorégraphie, acrobatie et arts visuels notamment) suscite la curiosité et semble avoir toute sa place dans la création circassienne contemporaine. Par ailleurs, la construction de ses différentes pièces et l’alliance entre rigueur technique, performance physique et décomposition du mouvement donnent une teinte spécifique à ces projets.