Ioannis Mandafounis

Dancing in your head / One One One
Danse

Ioannis Mandafounis s’empare de La Tornade, œuvre monumentale de papier, pour y proposer deux pièces : l’une interprétée par le jeune Ballet du CNSMD de Lyon, l’autre, un duo hors cadre expérimental. 

Chaque saison, des chorégraphes de renommée internationale et de jeunes créateur.trice.s sont invité.e.s à faire danser le Jeune Ballet du CNSMD de Lyon. La Tornade accueille la création Dancing In Your Head de Ioannis Mandafounis. Danseur et chorégraphe échappé de la Forsythe Company, Ioannis Mandafounis est un esprit libre et ludique aussi à l’aise avec des danseurs de ballets que des performeurs moins académiques. Les situations spatiales inhabituelles qu’il imagine donnent aux spectateurs la possibilité de découvrir la danse dans une perspective surprenante. Dans cette soirée en deux temps, Ioannis Mandafounis présentera également sa création One One One dans La Tornade. One One One propose au spectateur l’expérience de l’intime à travers une rencontre face aux danseurs sur le plateau. Une performance qui interroge les liens entre artistes et public ainsi que l’espace de la représentation.

Dancing In Your Head est une création sur mesure du chorégraphe Ioannis Mandafounis pour le Jeune Ballet du CNSMD de Lyon, une vingtaine de danseurs et danseuses à l’aube de le monde professionnelle de la danse.

Ioannis Mandafounis, chorégraphe très prisé par la scène actuelle, puise sa danse dans la recherche de la canalisation d’une énergie née de sa méthodologie d’improvisation. Surgissement/rythmique/arythmique, écrit ou improvisé, à la conquête du geste juste, le chorégraphe est très attaché à retrouver « l’identité de l’interprète » et à explorer les possibilités infinies du corps. Le travail de l’ancien danseur de William Forsythe s’ancre sur des principes d’improvisation pure et un goût prononcé pour la sublimation de l’instant présent, du surgissement de l’action et de l’inattendu.

Plus jeune, je me posais ces questions : que signifie nouveauté ? Quel serait « l’élément » à découvrir et à partager en danse ? Mais j’oubliais le pourquoi je danse : le plaisir. Lors d’un concert d’Ornette Coleman, à l’âge des danseurs du CNSMDL, j’ai compris l’inutilité de ces questions, car tout avait probablement déjà été créé… La voie vers le plaisir venait de s’ouvrir.

Je m’appuis sur cette mémoire pour Dancing In Your Head. Composer tout en libérant les corps des danseurs : classique, contemporain, rythmique, arythmique, improvisé ou non, tout est là pour attiser la curiosité des danseurs qui affrontent l’énergie, le rythme frénétique du Ornette Coleman quartet. Ils devront partager leurs connaissances, le plateau et oublier les frontières techniques, grâce à ma méthodologie qui vise à souligner le travail de fond de l’interprète pour partager ses intentions et son amour de la danse.

Révéler les jeunes talents de la danse

Chaque saison, les danseur·ses-étudiant·es du Jeune Ballet du CNSMD de Lyon, sous la direction artistique de Kylie Walters, explorent et interprètent différents territoires de l’art chorégraphique contemporain grâce à l’invitation d’une nouvelle génération de chorégraphes, émergents et de renommée internationale, nourris par le métissage des pratiques, des communautés et des styles de danse. Du néo-classique à la house, du jump-style à la danse post-moderne, de la dub à l’afrofunk ou au flamenco.

Le Jeune Ballet regroupe les étudiant·es en dernière année de formation en danse classique et contemporaine au CNSMD de Lyon et leur donne, à l’aube de leur vie professionnelle, l’expérience d’une compagnie et d’une vraie tournée sur scène, en France et à l’étranger, et dans de nouveaux lieux : musées, espaces urbains, forêts, places à ciel ouvert… partout où peut exister la danse !

Genevois, né en 1981, Ioannis Mandafounis étudie au Conservatoire de Paris. Avant de devenir chorégraphe indépendant, il fait partie du Göteborg Opera Ballet, de The Nederlands Dans Theater II et, a été membre de la Forsythe Company de 2005 à 2009. En 2004, il fonde la Lemurius Company à Athènes avec laquelle il crée plusieurs pièces puis en 2007, le duo P.A.D en collaboration avec Fabrice Mazliah et également la pièce HUE.

En 2009, il fonde en collaboration avec Fabrice Mazliah et May Zarhy la “Compagnie Projet 11″ qui par la suite prendras son nom « Cie Ioannis Mandafounis ». Sont créé alors les pièces ZERO, Cover Up, Pausing, The Nikel Project, Eifo Effi, Twisted Pair, ApersonA, Indonesian Exchange, One One One, Ossip Mandelstam, A Performance, NU, Sing the Positions, It finishes when it finishes, Make sure you have exhausted all that is communicated through stillness and silence et Faded. Ces pièces ont été présentées en Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique latine et aux USA.

Ioannis crée aussi plusieurs pièce de commande comme : L’après-midi d’un faune pour l’Opéra d’Athènes, In-Formation et Howl pour le ballet junior de Genève, Viel-Leicht pour le Theater Junge Generation Dresden, MayBuff pour le Théâtre National d’Athènes, It finishes when it finishes pour le Corpus ensemble du Royal Danish Ballet,  Fearful Symmetries pour le Grand théâtre de Genève, Point of no return pour l’Opera d’Athènes, Komm und birg dein Antliz pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, Bis.N.S as usual pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, pling plong pour la compagne Norrdans en Suède.

Depuis 2018 la cie Ioannis Mandafounis bénéficie du soutien conjoint de la ville de Genève, du Canton de Genève et de Pro Helvetia.

Ioannis a reçu à deux occasions la distinction du danseur exceptionnel, en 2002 par le ministère de la culture en Grèce et en 2015 par les prix fédéraux Suisses.

Création pour le Jeune Ballet du CNSMD de Lyon, contemporain et classique
Chorégraphie : Ioannis Mandafounis
Musique : Ornette Coleman, Theme from a Symphonie, Var. 1 (album Ornette Coleman : Dancing In Your Head)
Interprètes : danseurs et danseuses du CNSMD Lyon (promotion 2020-2021)
Baril Sidonie, Blond Enzo, Boschat Melvin, Bottet Séréna, Antoine Cardin, Charmette Bastien, Charpentier Audalys, Dompy Léna, Duparc Vladimir, Ferec-Pourias Léa, Fusho Mio, Jackson Clarissa, Martinez Lisa, Maud Peltier, Rivat Fournier Valen, Sarette Jade, Tonolo Mélisande

Avec One One One, les artistes invitent à déroger, déranger, perturber mais aussi interroger et interpeller les spectateurs qui se sont donnés rendez-vous et les passants en balade.
Les danseurs traduisent les émotions du public, les transforment pour les lui rendre en une enveloppe dansée.
One One One propose une temporalité et un rapport au public spécifiques, différents de ceux d’un spectacle de théâtre. Les artistes s’approprient l’espace public en tant que terrain d’expériences et non de représentation.
Pour cela, ils s’engagent physiquement et mentalement dans une action de déstabilisation du réel et se donnent la possibilité d’explorer ses limites et son rapport à la transgression.
Les artistes provoquent le quotidien et embarquent le public dans une expérience inattendue.

Concept et chorégraphie : Ioannis Mandafounis
Performance : Audrey Dionis  et Manon Parent
Production : Cie Ioannis Mandafounis
Co-production : Prairie – Migros Cultural Percentage, tanzfest 2015

La Cie Ioannis Mandafounis bénéficie d’une convention de soutien conjoint de la Ville de Genève, du Canton et République de Genève et de Pro Helvetia – fondation suisse pour la culture depuis 2018

Audrey Dionis commence sa formation de danse à l’école (RIDC) à Paris, où elle obtient un diplôme de professeur de danse contemporaine.
Elle poursuit son parcours avec un baccalauréat en danse contemporaine, à Lausanne. Durant la formation, elle collabore avec Deborah Hay, Fabrice Mazliah, David Zambrano, Alejandro Ahmed, Thomas Hauert et d’autres danseurs, interprètes, chorégraphes, acteurs. Elle développe des compétences en improvisation, chant, saolim, escalade et en sports.
Depuis la fin de ses études, elle travaille ou a travaillé, performé et collaboré avec La Cie Neopost Foofwa, Alex Landa Aguireche, Fabrice Mazliah, Marthe Krummenacher, Cyril Baldi, La PP cie, Jasmine Morand, Maud Blandel, Nicole Seiler, Laura Gaillard. Elle garde un lien fort avec la Manufacture (Haute Ecole des Arts de la Scène) et assiste ponctuellement les intervenants qui propose du répertoire de Trisha Brown pour les étudiants.
Cette variété de projets lui offre une malléabilité, une singularité du corps qui s’acquière par les expériences contrastées de ces rencontres humaines et artistiques. C’est pour cette artiste Suisse une force et une source perpétuelle d’imaginaire.

Manon Parent est originaire de Paris. Diplômée du CNSMDP en danse contemporaine en 2009, elle obtient également un diplôme en violon classique en 2010. En 2011, elle se joint au Ballet Junior de Genève, et en 2012 bénéficie d’une bourse de la commission Fulbright pour étudier le Body Mind Centering à New York.
Depuis 2013 basée à Berlin, elle collabore depuis quelques années principalement pour des travaux scéniques avec Ioannis Mandafounis (Sing the Positions, One One One,…), Margot Dorléans (Embody collective, Confier), Kareth Schaffer (Unheard of, Cassandra has turned, Question of belief), Roni Katz (A Matter of One’s own, The End is not an Option) et Sergiu Matis (Hopeless, Extinction Room, Unruhe) en tant que danseuse, chorégraphe, chanteuse, musicienne et compositrice.
Depuis 2014, Manon produit également de la musique de film pour le cinéma et la télévision avec Anders Christophersen.
Avec Jean P’ark elle monte le duo de musique expérimental et pop Machines for calm living, sur les traces de Red Monky, leur projet précédent de performance collaborative hybride et féministe basé sur des pratiques d’improvisation.
Situé à la croisée de plusieurs pratiques artistiques, l’intérêt de Manon Parent se trouve, plutôt qu’autour des notions de styles et d’esthétique, au sein de la question : “Qu’est-ce qui me meut ou motive un son” – à la recherche de corps et de voix les plus honnêtes possibles.