Hubert Colas / Rainald Goetz

Jeff Koons
Théâtre / Clubbing / Création

Ambassadeur des écritures d’aujourd’hui, Hubert Colas invente une forme inédite de clubbing-théâtre pour mettre en scène les frasques d’un spécimen tout à fait à part : l’artiste contemporain. Errance en discothèque, beuveries mondaines, interviews vaseuses… bienvenue dans la vie d’un créateur au sommet de son art avec ce bien nommé Jeff Koons de l’auteur allemand Rainald Goetz.

Visite privée et ironique du mileu réservé de l’art contemporain Jeff Koons dépeint les frasques d’un spécimen de ce genre ‘à part’ : errance en discothèque, beuveries entre collègues, inspiration, interviews, introspection, rencontre amoureuse, réalisation technique de l’oeuvre, paternité, discours et drague en vernissage… Jeff Koons questionne « l’être artiste » : Comment le monde se vit quand on est artiste ? Quelles sont les appréhensions, les inspirations de l’œuvre ? Comment, d’un seul coup, une banalité du quotidien fait œuvre pour le futur ? Comment tout ça se ramifie ? Quelle perception ? Quel état de vie ? Petit à petit, un corps se dessine : un corps social, politique, artistique.

Hubert Colas est auteur, metteur en scène et scénographe. Publié aux Éditions Actes Sud-Papiers, il crée en 1988 Diphtong Cie et monte la plupart de ses textes. En écho, il explore d’autres écritures contemporaines, de Christine Angot à Sarah Kane, en passant par Martin Crimp, Sonia Chiambretto ou encore Mathieu Riboulet. Il a été artiste associé au Théâtre National de La Colline (Paris) et au Lieu Unique (Nantes). Depuis 2000, Hubert Colas est aussi directeur de Montévidéo, centre de création dédié aux écritures contemporaines qu’il a créé à Marseille. Il y favorise les croisements entre les disciplines artistiques. En 2000, il initie actoral, festival international qui chaque année interroge les écritures contemporaines dans tous les domaines artistiques. En janvier 2022, il créé Superstructure de Sonia Chiambretto à la MC2 à Grenoble. En octobre 2022, il crée L’été des charognes de Simon Johannin au Trillium à Ottawa et à l’Usine C à Montréal (Canada).

— L’auteur allemand Rainald Goetz est docteur en histoire et en médecine, et a exercé en milieu psychiatrique. Son premier roman, Irre (Chez les fous) (Éditions Gallimard, 1983) porte en exergue le mot d’ordre : « Don’t cry – work ». En 1983, à l’occasion du prix Ingeborg-Bachmann à Klagenfurt en Autriche, il donne une lecture de son texte Subito, publié dans Hirn. Pendant la lecture, il s’ouvre méticuleusement la peau du front à l’aide d’un scalpel et finit sa présentation couvert de sang. La radicalité politico-subjective de ses textes, leur extraodinaire virtuosité, en font l’un des auteurs allemands contemporains les plus originaux et les plus remar- qués. En 1986, il fait interdire toute représentation de la trilogie dramatique Krieg (Guerre, dont Kolik est le dernier opus) pour protester contre les accusations d’extrémisme de droite, lui qui s’était fixé pour but de pourfendre le gauchisme institutionnel et larmoyant de son pays. Auteur du roman Kontrolliert (Contrôlé) et de Hirn (Cerveau), un recueil d’essais, il écrit le triptyque Festung (Forteresse) entre 1992 et 1999. En 1998, il revient au théâtre avec Jeff Koons. La même année, il publie la nouvelle Rave et tient un journal sur internet Abfall für alle, Roman eines Jahres (Déchets pour tous, Roman d’une année). Célébration, publié en 1999, est un éloge de la vie nocturne sur fond de techno et d’ecstasy. En 2000, il publie la nouvelle Dekonspiratione. Suit, en 2001, le recueil de poèmes Jahrsehnt der shönen Frauen (Décennie des belles femmes), poèmes sous forme de journal intime qui expriment l’issue morose d’un millénaire. S’en suit l’écriture, en 2008, de Klage (Plainte). Les disques Word (techno/transe/électro) parus en 1994 sont le fruit de sa collaboration avec les musiciens Oliver Lieb et Stevie Be-Zet. En lien avec le DJ Westbam, Rainald Goetz réalise le disque Heute Morgen, lectures d’ex- traits de ses textes sur la musique de Westbam. Titulaire de nombreux prix littéraires en Allemagne, il a été en particulier lauréat du Prix de dramaturgie contemporaine de Mülheim pour Krieg en 1988, Katarakt en 1993 et pour Jeff Koons en 2000.

Texte : Rainald Goetz
Traduction de l’allemand Mathieu Bertholet avec la collaboration de Christine Seghezzi
Mise en scène et scénographie : Hubert Colas
Avec Joel Assebako, Émile-Samory Fofana, Jardin (Lény Bernay), Karel Kouelany, Lisa Kramarz, Shana Lellouch, Isabelle Mouchard, Thierry Raynaud, Frédéric Schulz-Richard, …
Musique live : Jardin
Oeuvres plastiques : John Deneuve, Yoan Sorin, …
Régie générale et lumière : Nils Doucet
Régie son : Louis Daurat
Régie vidéo : Lucas Tafferant
Assistanat à la mise en scène : Shana Lellouch
Collaboration à la dramaturgie : Baudouin Woehl

Production Diphtong Cie
Coproduction Archaos – Pôle National Cirque à Marseille, Théâtre la Vignette scène conventionnée – Université Paul-Valéry Montpellier
Accueils en résidence Mucem – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Centre Wallonie-Bruxelles Paris, Les SUBS – Lieu vivant d’expériences artistiques – Lyon, GMEM – Centre national de création musicale – Marseille
Rainald Goetz est représenté par L’Arche – agence théâtrale. L’intégralité de la pièce Jeff Koons est publiée dans la traduction de Mathieu Bertholet avec la collaboration de Christine Seghezzi par L’Arche Éditeur.