Compagnie des Lumas – Angélique Clairand et Éric Massé

De l'Eve à l'eau

Théâtre

Spectacle dans le cadre du festival Semaine sur Mars !

Autofiction écrite à quatre mains, De L’Eve* à l’Eau nous plonge au cœur du monde paysan ; « berceau » d’Éric Massé et d’Angélique Clairand. La pièce s’intéresse aux transfuges de classe, à l’attachement et l’émancipation de son milieu d’origine par le langage. Sur le plateau se déploie un véritable bric-à-brac, un paysage captivant qui fait ressurgir l’émotion du souvenir.

Ce théâtre intime et documenté mêle fiction – les fictions que chacun se raconte pour survivre en milieu hostile -, témoignages personnels et réalités sociologiques à travers le parcours d’une ancienne agricultrice, atteinte de démence, qui ne communique plus que par un dialecte moribond : le parlange… que sa fille a renié pour s’émanciper.

« De l’Eve à l’eau scrute l’humain dans des territoires urbains et ruraux, et compose un vaste puzzle permettant de reconstituer celui de nos identités multiples. » Angélique Clairand et Éric Massé

* « Eve », signifie « eau » en parlange.

Conception et écriture : Angélique Clairand et Éric Massé

Avec : Angélique Clairand / Adèle Grasset / Éric Massé / Mbaye Ngom / Hélène Schwaller

Scénographie et collaboration à l’écriture : Johnny Lebigot
Création lumière : Yoann Tivoli
Composition musicale : Marc-Antoine Granier
Costumes : Laura Garnier
Collaboration artistique : Hugo Guittet
Régie générale et plateau : Simon Lambert-Bilinski
Conseiller linguistique en poitevin-saintongeais : Michel Gautier – UPCP Métive
Collaboration milieu hospitalier : Christine Borrego – EHPAD Balaÿ
Collaboration chorégraphique (country) : Martine Bugnazet et Brigitte Saintbonnet
Conseils et structure vannerie : Alain Massé
Photographies en extérieur : Cédric Roulliat
Photographies plateau : Jean-Louis Fernandez
Traduction en Langue des Signes Française : Géraldine Berger et Christophe Daloz
Régie son : Ana Bordas
Régie lumière : Martin Riguet
Production : Marion Bouchacourt et Aliaksandra Startsava
Construction décor : Les Constructeurs – Didier Raymond et Matthieu Perot

Production : Compagnie des Lumas ; La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme-Ardèche ; Les Subsistances, Lyon ; Grand Angle – Scène Régionale, Pays Voironnais ; Annonay Rhône Agglo en Scènes ; Centre culturel La Ricamarie, en partenariat avec la Comédie de Saint-Étienne, Centre dramatique national

Résidences d’écriture et de jeu : Chartreuse Villeneuve Lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle ; La Comédie de Valence ; Les Subsistances, Lyon ; Centre Culturel La Ricamarie ; Le Nombril du Monde, Pougne-Hérisson ; Centre Culturel du Château de Goutelas ; Le Kiasma, Castelnau-le-Lez ; Association Ah? et l’UPCP Métive, Parthenay

Avec le soutien de la SPEDIDAM et du DIESE # Auvergne–Rhône-Alpes, dispositif d’insertion de l’École de La Comédie de Saint-Étienne

La Compagnie des Lumas est en convention triennale – avec la DRAC Auvergne-Rhône Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Département de la Loire et la Ville de Saint Etienne

Remerciements à Sandrine et Marc, Muriel Bouilleux, Dany De Cornulier et sa maman, l’EHPAD Balaÿ, l’équipe des Jardins de Sophia, de l’EHPAD de la voie Domitia et de l’UPCP Métive, Josette Renaud, Thérèse Bouvard, Raymonde Baptiste, Victorin Massé, Louisette Faucher, Lucette et Marius Lacroix, Michelle Boutin, Marlène Follin, Christine Durif-Bruckert, Romain Guédon, Julie Binot, André Godurol, Yannick Jaulin, André Godard, Pierre Fronton, Jacques et Odile Clairand, Michel Julio, Alain et Chantal Massé, Denise Clairand, Patricia Carlin, Marc Jeancourt, Martine Bugnazet, Bernadette Epalle, Marc Morin, Thierry Ballereau, Joëlle Garnier, Ambre Astruc, Cécile Dhainaut, Frédérique Gayraud, Sophie Boilleaux (TNP), le Nouveau Théâtre du Huitième et le TGP/CDN de Saint-Denis.

Photos : © Cédric Roulliat

Eric Massé et Angélique Clairand, concepteurs et co-directeurs artistiques de la Compagnie des Lumas, abordent un cycle de recherches autour de la thématique de la « rupture sociale » et la « névrose des classes* » à partir de romans, d’essais sociologiques et de leurs propres témoignages.
La pièce – en français et parlange (patois poitevin) – abordera les problématiques propres aux transfuges de classe, à l’émancipation de la servitude, au passage entre les langu(ag) es de la vie rurale à la vie urbaine.

LA COMPAGNIE DES LUMAS trace un projet artistique et citoyen en prise directe avec des sujets de société.
Dans un désir d’interroger les porosités entre fiction et réalité, les Lumas explorent des situations radicales, des figures d’exclus, souvent en rupture avec le consensus social, que la parole interdite libère. Mobilisés pour un théâtre de proximité, ils inventent dans leurs projets des rapports singuliers avec les spectateurs, les intégrant dans leurs espaces de création, alternant rencontres, répétitions publiques, laboratoires de recherche, ateliers, interviews, enquêtes, créations partagées… Leurs temps d’expérimentations, de répétitions et de jeux prennent place aussi bien dans les salles de théâtre qu’hors les murs : centres hospitaliers, prisons, espaces publics, hôtels, appartements, usines…

Angélique Clairand et Eric Massé, cofondateurs de la Compagnie, vivent depuis leurs origines communes – naissance dans des familles rurales de l’Ouest de la France – un sentiment d’exclusion et éprouvent le besoin d’acquérir culture et langage pour s’émanciper de leurs propres paysages d’enfance. Très vite, ils ont l’intuition que le théâtre est ce lieu troublant, où poétique et politique se répondent, où le rêve est salvateur et qu’il leur faut « veiller à ce que le rêve dévore nos vies afin que la vie ne dévore pas nos rêves » – Saint-Exupéry.

Après un parcours universitaire dominé par les arts et la littérature, ils se rencontrent à l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne où l’esprit de la décentralisation théâtrale porté par Jean Dasté les convainc de fonder en 2000 leur compagnie et de tenter leur propre aventure. Ils créent alors la Compagnie des Lumas – Escargots en patois poitevin – car ils ont à cœur d’évoluer aussi hors les murs… et ce, quelles que soient les intempéries. Hermaphrodites, ils portent de nombreuses créations ensemble ou séparément, jouent et se mettent en scène, s’attachant à des figures à la marge, dans lesquelles ils retrouvent une part d’eux-mêmes, puisque, comme l’écrit Yung, « l’escargot est la représentation de soi dans les rêves ».

Dans leur processus de création, les Lumas (dramaturges, auteurs, acteurs, créateurs techniques) travaillent sur un principe méthodologique d’enquêtes. Ces investigations ouvrent alors une perspective souvent déstabilisante et les confrontent à des réalités complexes qui ne conditionnent pas un théâtre documentaire mais documenté.
Ainsi, leurs créations scrutent l’humain, les territoires urbains et ruraux, et composent un vaste puzzle qui permet de reconstituer celui de nos identités multiples, une façon de voyager entre les racines et les branches d’un arbre en pleine croissance !

Au fil des saisons leurs projets ont été principalement soutenus par la Comédie de Valence – CDN Drôme-Ardèche, dont Angélique et Eric intègrent le collectif artistique en 2010, et par : la Comédie de Saint-Etienne – CDN, la Scène Nationale 61, les Célestins – Théâtre de Lyon, les Subsistances, le théâtre de la Renaissance – Oullins Lyon Métropole, la Mouche de Saint-Genis-Laval, la Comédie de Clermont-Ferrand – Scène nationale, le Théâtre de Villefranche sur Saône, les Scènes du Jura – Scène nationale, le Théâtre d’Aurillac, le Théâtre de Cusset, le Dôme – Théâtre d’Albertville, l’Amphithéâtre de Pont de Claix, l’Echappé de Sorbiers, CDN de Montreuil, le Théâtre National de Nice – CDN, la Halle aux Grains – Scène nationale de Blois…

En janvier 2019, Angélique Clairand et Eric Massé ont été nommés à la direction du Théâtre du Point du Jour à Lyon.