Chantier

Nina Santes

Danse

Nous vous invitons à une présentation d’une étape de travail du prochain projet de Nina Santes, République Zombie.

Le tout sera suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique pendant laquelle chacun pourra partager ses impressions et découvrir le processus de création du spectacle.

Le projet République Zombie interroge un « engourdissement du temps, de l’action, du monde entier », et les stratégies que nous développons pour revenir à nous, nous réveiller. Cette nouvelle création explorera un « état zombie » des corps, des voix, du temps, de l’espace, rompu par des danses sonores qui seraient comme des cris d’alarme, des sursauts.

Mythe né en Haïti, le zombie est une figure double, à la fois grotesque et terrifiante, incarnation d’une somme de peurs instruites par la culture dominante et le « Nouveau Monde ». Initialement façonné par la violence coloniale, il est à la fois victime aliénée et anthropophage, maître et esclave. Le zombie est un corps errant, qui crée une forme de chaos organisé à l’intérieur et à l’extérieur de lui. Il annule les frontières, les géographies. Il est lent et n’a pas de but, mais il est parfois saisi de convulsions, d’actions répétitives, de pulsions cannibales, de retroussements, qu’il ne s’explique pas. À la manière d’un masque Sumérien, il est pétrifié, ni mort ni vivant, dépossédé. Il est une menace qui gagne toujours du terrain. Un corps dissocié, zombifié, dont la maladie est une danse.

Issue de plusieurs générations d’artistes de la marionnette et du Théâtre Ambulant, Nina Santes a fait ses débuts sur scène en tant que marionnettiste. Depuis 2008, elle a collaboré en tant qu’interprète avec notamment Mylène Benoit, Myriam Gourfink, Catherine Contour, Pascal Rambert, Philippe Grandrieux, Herman Diephuis, Emmanuel Eggermont.

Elle est l’auteure de pièces chorégraphiques et musicales, dont Désastre (2012), en collaboration avec le compositeur Kasper Toeplitz, Transmorphonema, un duo avec Daniel Linehan (Vif du Sujet SACD 2014), Self made man (2015), A leaf, far and ever (2016) un duo avec Célia Gondol. En 2018, elle crée le projet Hymen Hymne, actuellement en tournée, et reçoit le Prix Nouveau Talent Chorégraphique SACD.

En 2011, Nina Santes co-fonde l’association La Fronde avec le chorégraphe Kevin Jean. La Fronde est une tentative de créer un cadre coopératif et une façon de travailler en synergie. Parallèlement à un travail de création et de production, La Fronde propose des espaces de questionnement et d’échange autour des conditions de travail, et autour des principes éthiques de mutualisation, de partage, de solidarité.