Yan Duyvendak / Kaedama / Dr. Philippe Cano

VIRUS
Spectacle interactif

Pour cette création, l’équipe de VIRUS a été accueillie à plusieurs reprises en résidence aux SUBS en 2019.

Que feriez-vous si vous étiez à la place des décideurs pour gérer une pandémie ? Ok on ne veut plus entendre entendre parler de virus mais ce jeu-spectacle participatif (imaginé avant l’irruption du Coronavirus) nous permet de sortir de notre passivité de façon ludique et cathartique pour choisir un autre modèle de société, ou pas !

Mis en chantier en 2018, VIRUS est un spectacle participatif conçu en collaboration avec des scientifiques et des développeurs de jeux dans lequel le public doit endiguer une pandémie. Depuis l’irruption du coronavirus, ce jeu de simulation imaginé par l’artiste Yan Duyvendak a pris une tournure hyperréelle et vertigineuse. « Il y a des moments où l’on a songé à renoncer vu le contexte tragique, explique-t-il. À d’autres moments, il nous est au contraire apparu qu’il pourrait revêtir une utilité non plus anticipatoire mais exutoire. VIRUS peut offrir au citoyen impuissant de prendre les rênes – même ludiques. ». Après plusieurs mois d’impuissance, il est en effet temps de rire, frémir et agir en comptant sur la valeur cathartique du théâtre, qui a fait ses preuves depuis Aristote. Que feriez-vous vous-même si vous étiez en situation de pouvoir agir ? Quels grands changements de société seriez-vous prêts à défendre ?

Le Coronavirus est le sujet du jour. COVID-19 montre à quel point notre société est vulnérable en cas de pandémie : la moitié de l’humanité est confinée, les vols sont annulés, le commerce international ralentit et les frontières se ferment. Les autorités font ce qu’elles peuvent face à l’évolution de la pandémie. Nous avons tou.t.es aujourd’hui une opinion sur les actions et inactions des gouvernements. Mais comment feriez-vous vous-même? Que feriez-vous si vous aviez la responsabilité de fermer ou pas les frontières et les écoles ou de gérer les réserves ? Et quels seraient les résultats possibles, en fonction de vos décisions?

VIRUS est inspiré de scénarios de pandémie réalistes proposés comme exercice aux gouvernements et hôpitaux par l’Union Européenne en association avec une structure interministérielle française. C’est un jeu de simulation imaginé dès 2018 en collaboration avec des scientifiques de terrain et des développeurs de jeu. Alors qu’une pandémie s’annonce puis déferle chez vous, vous êtes invités à prendre les décisions pour tenter de l’endiguer en limitant au maximum les dégâts, inévitables.

Né en Hollande, Yan Duyvendak vit à Genève. Formé à l’Ecole Supérieure d’Art Visuel de Genève, il pratique la performance depuis 1995. Il enchaîne les créations et les scènes : Festival for performing arts EXIT, Helsinki / Art Unlimited Basel / Museo Reina Sofia de Madrid / La Bâtie-festival de Genève / Biennale de Gangju / Image Forum, Tokyo / Ménagerie de verre, Paris / Vooruit, Gand / Festival d’Avignon, / Theaterspektakel, Zurich / Comédie de Genève / Festival TheaterFormen, Hannovre / CDN de Montreuil / Wiener Festwochen / Foreign Affairs, Berliner Festspielen et s’impose peu à peu comme une référence de la performance helvétique et européenne.

S’attachant en particulier à souligner combien les images télévisuelles et mentales, les codes sociaux et autres rituels de la société du spectacle épaississent aujourd’hui l’écran qui se dresse entre l’Homme et la réalité, il réaffirme tout au long de son travail une forme de dignité humaine mise à mal par la société de l’image. Ses créations Still in Paradise (2008, recréation 2016), co-signée avec Omar Ghayatt, Please, Continue (Hamlet) (2011), co-signée avec Roger Bernat, Sound of Music (2015) et ACTIONS (2017), co-signées avec Nicolas Cilins et Nataly Sugnaux, sont sans doute les plus politiques de toutes ses pièces.

Egalement plasticien, son travail vidéo est présent dans de nombreuses collections publiques et privées, allant du Musée des Beaux-Arts de Lyon au Museum der Moderne (MdM) de Salzburg. Il reçoit durant trois années consécutives le Swiss Art Award, (2002, 2003, 2004), est lauréat du Namics Kunstpreis für Neue Medien (2004) et du Network Kulturpreis (2006). Il bénéficie de plusieurs résidences, allant de la Cité des Arts à Paris, en passant par l’atelier Schönhauser à Berlin (fonds cantonal d’art contemporain, Genève) jusqu’au Swiss Artistic Studio au Caire de Pro Helvetia (2007, 2008, 2009). En 2010, il reçoit le prix le plus prestigieux d’art contemporain suisse, le prix Meret Oppenheim.

«L’art, c’est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art », disait Robert Filliou. L’art doit être au service du social, inciter au militantisme, mais ne peut être militant. Je me frotte à cette frontière»

« Par rapport à la version originelle, Duyvendak a uniquement rajouté le rôle de la population civile. «Car le Covid-19 a ouvert des réflexions sur l’utopie, nous poussant à réfléchir au monde dans lequel nous avons envie de vivre.» Et nous voici au cœur du réacteur de la compagnie Yan Duyvendak : le pas de deux entre l’art et la société. »

Propos de Yan Duyvendak extraits de l’article «  »Yan Duyvendak, porteur du virus de l’activisme » paru dans Libération, vendredi 17 juillet 2020.

Concept : Yan Duyvendak

Conception du jeu Kaedama
Conseil scientifique : Dr. Philippe Cano
MC : Delphine Abrecht, Paul Berrocal
Rédaction des règles de jeu : Delphine Abrecht, Jean-Daniel Piguet
Lumières : Vincent Millet
Assistanat : Tomas Gonzalez, Pierre-Angelo Zavaglia
Régie générale : Luca Kasper et Stéphane Leclercq

Direction administrative : Marine Magnin
Développement international : Judith Martin / Ligne Directe
Production créative & communication : Charlotte Terrapon

Production : Dreams Come True, Genève

Coproduction : Comédie de Genève (CH), Arsenic – Centre d’art scénique contemporain – Lausanne (CH), Les Subsistances – Laboratoire international de pratique et création artistique – Lyon (F), Hellerau Europäisches Zentrum der Künste – Dresde (DE), International Summer Festival Kampnagel – Hambourg (DE), Grand Théâtre – Noorderzon Festival – Groningue (Pays-Bas), FAB Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (F), Scène nationale Carré-Colonnes – Bordeaux Métropole (F), Zürcher Theater Spektakel (CH), Le Phénix – Scène nationale de Valenciennes (F), Centre d’Art Contemporain Genève (CH), NEXT Arts Festival

Soutiens : Ville de Genève ; République et Canton de Genève ; Pro Helvetia – Swiss Arts Council ; Pourcent culturel Migros, CORODIS, Loterie Romande, Fondation suisse des artistes interprètes SIS

Remerciements : Bourse de compagnonnage Ville de Lausanne, Canton de Vaud, Georges Romero, Robert Lewetzky, Eric Mutel, Alexandra Nivon