Yan Duyvendak

invisible
Interventions dans l'espace public

Départs et arrivées au TNG  Les Ateliers Presqu’île

Invisible vous propose de rentrer dans un comité secret en dialogue avec l’absurde en devenant à la fois initiateur.trice.s et spectateur.trice.s des situations.
Sous forme d’un jeu collectif et participatif, Invisible permet par petits groupes d’exercer de subtiles interventions dans la ville, afin de troubler le quotidien. Une façon de s’approprier l’espace public comme un terrain de jeu pour y opérer des interventions subliminales et poétiques.
Et si vous bousculiez votre quotidien ?

Invisible est un jeu qui vous envoie dans l’espace public pour y jouer un jeu collectif. Avec un groupe de 8 à 12 personnes, à partir d’un petit scénario et d’un compte rendu d’expérience, vous opérez des minuscules interventions. Ensemble, vous créez une situation sensible mais invisible, dont vous êtes simultanément les initiateur.trice.s et les spectateur.trice.s. Pendant un très court instant, vous sentirez peut-être une alteration subtile, un trouble étrange, comique, politique ou étonnant. Comme un comité secret, vous créez une certaine poésie de l’absurde dont vous seul.e connaissez l’origine. En jouant le jeu, vous sentirez sans doute les possibles de l’être ensemble.

Né en Hollande, Yan Duyvendak vit à Genève. Formé à l’Ecole Supérieure d’Art Visuel de Genève, il pratique la performance depuis 1995. Il enchaîne les créations et les scènes : Festival for performing arts EXIT, Helsinki / Art Unlimited Basel / Museo Reina Sofia de Madrid / La Bâtie-festival de Genève / Biennale de Gangju / Image Forum, Tokyo / Ménagerie de verre, Paris / Vooruit, Gand / Festival d’Avignon, / Theaterspektakel, Zurich / Comédie de Genève / Festival TheaterFormen, Hannovre / CDN de Montreuil / Wiener Festwochen / Foreign Affairs, Berliner Festspielen et s’impose peu à peu comme une référence de la performance helvétique et européenne.

S’attachant en particulier à souligner combien les images télévisuelles et mentales, les codes sociaux et autres rituels de la société du spectacle épaississent aujourd’hui l’écran qui se dresse entre l’Homme et la réalité, il réaffirme tout au long de son travail une forme de dignité humaine mise à mal par la société de l’image. Ses créations Still in Paradise (2008, recréation 2016), co-signée avec Omar Ghayatt, Please, Continue (Hamlet) (2011), co-signée avec Roger Bernat, Sound of Music (2015) et ACTIONS (2017), co-signées avec Nicolas Cilins et Nataly Sugnaux, sont sans doute les plus politiques de toutes ses pièces.

Egalement plasticien, son travail vidéo est présent dans de nombreuses collections publiques et privées, allant du Musée des Beaux-Arts de Lyon au Museum der Moderne (MdM) de Salzburg. Il reçoit durant trois années consécutives le Swiss Art Award, (2002, 2003, 2004), est lauréat du Namics Kunstpreis für Neue Medien (2004) et du Network Kulturpreis (2006). Il bénéficie de plusieurs résidences, allant de la Cité des Arts à Paris, en passant par l’atelier Schönhauser à Berlin (fonds cantonal d’art contemporain, Genève) jusqu’au Swiss Artistic Studio au Caire de Pro Helvetia (2007, 2008, 2009). En 2010, il reçoit le prix le plus prestigieux d’art contemporain suisse, le prix Meret Oppenheim.

Idée originale : Yan Duyvendak
Auteur.e.s : Delphine Abrecht, Claire Astier, Milena Bakmaz, Kiran Bhandari, Jovana Braletic, Rea Burman, Milena Damnjanovič, Rémi Dufay, Yan Duyvendak, Ariedon Gomes, Monica Hofman, Pitambari Josalkar, Katarina Jovanovič, Damjan Jovičin, Merel Kotterer, Sanja Latinovič, Wency Mendes, Grana Velencia Methalaka, Marco Nektan, Phoebe Marisa Pereira, Claire Perret, Keith Peter, Jean-Daniel Piguet, Parvathi Ramanathan, Daphne de Souza, Charlotte Terrapon, Olga Uzikaeva, Jaana van Vliet, Marian van Voorn, Karijn van der Wijk, Mark Yeoman, Milan van der Zwaan

Graphisme : Rémi Dufay, Luke Archer
Documentation photographique :
Agnès Mellon
Direction administrative : Marine Magnin
Développement international : Judith Martin / Ligne Directe
Production & communication : Charlotte Terrapon

Production : Dreams Come True

 Coproduction : La Comédie – Genève (CH), Grand Theatre / Noorderzon – Groningen (NL), Arsenic Centre d’art scénique contemporain – Lausanne (CH), Pro Helvetia, the Swiss Arts Council / Serendipity Arts Foundation – Goa (IN), Staying here with you – Belgrade (RS), La Manufacture HESSO – Lausanne (CH)

Soutiens : Ville de Genève; République et Canton de Genève; Pro Helvetia – Swiss Arts Council; Fondation suisse des artistes interprètes (SIS); Loterie Romande; Fondation Ernst Göhner, CORODIS

Les spectateurs d’Invisible bénéficient d’un tarif réduit* pour le spectacle :

Que du bonheur avec vos capteurs
Thierry Collet – Compagnie La Phalène
Du 25 au 27 novembre 2020 à 20h
28 novembre à 18h et 21h
Durée : 1h / pour tous dès 14 ans

Être magicien aujourd’hui : un défi quand les ordinateurs, à coups d’algorithmes et de logiciels, vont de plus en plus vite et parviennent à deviner les pensées des spectateurs. Face aux nouvelles technologies, l’illusionniste Thierry Collet s’interroge : résister ou pactiser ? Et s’il fusionnait avec les machines ?

*Tarif réduit à 17 € au lieu de 20 € en plein tarif.
-28 ans et étudiants à 10 € ? tarif solidaire à 5 € (minima sociaux).
Plus d’informations à la billetterie du TNG : 04 72 53 15 15