Vania Vaneau

Nebula
Danse / Création

Dans un solo magnétique et ensorcelant, la danseuse et chorégraphe Vania Vaneau transcende les liens organiques que le corps entretient avec la nature dans ses dimensions les plus archaïques, telluriques et créatives.

Entre rites, passages et métamorphoses, Vania Vaneau donne vie à d’autres états, à d’autres formes d’êtres. Explorant les frontières entre le visible et l’invisible, la chorégraphe nous dévoile toutes les strates de ce qu’elle appelle “l’archéologie corporelle” d’un être vibrant au contact de son environnement. 

Telle une traversée vers l’inconnu, un moment d’éclipse pour entrevoir d’autres possibles, Nebula nous amène à une « science-fiction préhistorique».

 

Pour ce nouveau projet, je souhaite creuser le rapport du corps avec la nature. En partant d’un espace réel ou imaginaire d’une forêt et du corps en tant qu’élément naturel, organisme vivant. 

Je souhaite travailler sur un solo sur l’après fin du monde. Marée, tsunami, météorite, explosion, tremblement de terre, avalanche, feu, fonte des glaces… La nature se manifeste à partir de ses profondeurs et le monde tel qu’on le connaît est ravagé, détruit par ces forces énormes et mystérieuses et aussi par les propres mains de l’homme…Que restera-t-il après l’apocalypse et quelles autres formes de vie surgiront ou se transformeront ? 

En partant du rapport du corps avec la nature, une nature détruite mais toujours en pulsation, à partir d’un terrain brulé, des restes de nature et de maisons, comment les éléments naturels, animaux, humains s’hybrident pour donner vie à d’autres espèces, d’autres états, d’autres formes d’êtres ? Que resterait-il de la construction culturelle de toute une société ? Reviendrons-nous à un état sauvage et/ou fabriquerons-nous de nouveaux outils, des nouvelles sortes de machines… ? Le futur et le passé se retrouvent, le passage du temps en spirale nous amène à une « science-fiction préhistorique ». 

La base de ce travail sera le corps, un corps déchet, matière, instrumentalisé, mais aussi pulsion de vie, de transformation de renaissance. Un corps pouvant se transformer en pierre, en arbre, en tigre, en rivière, en étoiles, en d’autres êtres nouveaux et/ou mutés… Un corps qui fait vibrer les restes de vie qui le composaient et qui ont éclaté. Les déchets d’un ancien monde détruit se réorganisent petit à petit, se recousent, se reconstruisent… 

Le temps kairos – instant T – est une dimension du temps contraire à chronos, temps linéaire, et pourrait être considéré comme une autre dimension temporelle créant de la profondeur dans l’instant. C’est une porte sur une autre perception de l’univers, de l’événement, de soi ; une notion immatérielle du temps mesuré non pas par la montre, mais par le ressenti. C’est un point de basculement décisif, avec la notion d’un avant et d’un après. A un temps linéaire, pourrait-on imaginer un autre type de temps, dilaté, où des nouveaux rapports entre les êtres et les choses se mettent en place, des mutations entre humains, animaux, végétaux et êtres ou organismes non-terrestres ? Un espace plus vaste qui se relie au cosmos ? En grec, catastrophe signifie grand virage et apocalypse le dévoilement. NEBULA serait aussi la traversée « de l’autre côté », vers des mondes inconnus, pour laisser se révéler ce qui existerait au-delà du trou noir, une archéologie futuriste… 

Vania Vaneau

Formée à la danse au Brésil puis à P.A.R.T.S à Bruxelles, Vania Vaneau obtient ensuite une Licence de Psychologie à l’Université Paris 8 et suit une formation de Body Mind Centering. Elle a été interprète notamment chez Wim Vandekeybus, Maguy Marin, Yoann Bourgeois et Christian Rizzo avec qui elle continue de travailler.

De 2016 à 2020, elle est Artiste Associée avec Jordi Galí au Pacifique CDCN de Grenoble puis ils seront Artistes Associés à ICI – CCN de Montpellier de 2020 à 2022.

Sa recherche chorégraphique relie le travail physique avec un aspect plastique de fabrication et manipulation de matières, costumes et objets scénographiques, considérés sur scène comme des acteurs à part entière. Vania Vaneau s’intéresse aux multiples strates physiques et psychiques qui composent le corps humain dans un rapport de continuité avec l’environnement naturel et culturel dans lequel il évolue et qui l’entoure. En jouant des intensités et contrastes, elle explore les frontières entre l’intérieur et l’extérieur du corps, les matières visibles et invisibles, et crée des chorégraphies composées d’une plasticité sensorielle et imagée.

3 pièces sont aujourd’hui au répertoire :

– BLANC (2014), solo accompagnée du guitariste Simon Dijoud, récompensée par le prix Beaumarchais-SACD (Festival Incandescences 2015)

– ORNEMENT (2016), duo co-créé avec Anna Massoni

– ORA (Orée), trio avec Marcos Simoes et Daphné Koutsafti (2019)

Elle développe deux projets de transmission d’après son travail de création, Variation sur Blanc et CARNAVAL. 

Chorégraphie et interprétation : Vania Vaneau
Scénographie : Célia Gondol
Création musicale et sonore : Nicola Devos et Pénélope Michel (Puce Moment/Cercueil)
Création lumière : Abigail Fowler
Régie Gilbert Guillaumond
Remerciements Kotomi Nishiwaki, Melina Faka, Julien Quartier- Atelier De facto
Film Nebula, processus de création réalisé par Vincent Laisney (https://vimeo.com/504291710)

Production : Cie Arrangement Provisoire
Coproduction : ICI – CCN de Montpellier-Occitanie et Life Long Burning, projet soutenu par la commission européenne, CCN de Caen en Normandie dans le cadre de l’Accueil-studio  Programme Nomades de Nos Lieux communs (Extension Sauvage, Format danse et A domicile), Slow dance avec le CCN de Nantes, Les SUBS, lieu vivant d’expériences artistiques – Lyon 1er, Le Gymnase – CDCN Roubaix et la Chambre d’eau, Format danse (Ardèche), Charleroi Danse, centre chorégraphique de Wallonie– Bruxelles
Soutien : La Briqueterie CDCN du Val-de-Marne, L’Essieu du Batut (Aveyron)