Saison 2017 - 2018
Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique - Lyon
Théâtre / Danse /
Cirque / Musique

Saison 2017 - 2018
Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique – Lyon

Pr Programmation

Michel Raskine

Maldoror/Chant 6

Du mardi 10 au samedi 14 octobre 2017 à 20h

Théâtre

Présentation

Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, a 23 ans lorsqu’il écrit dans une langue flamboyante, Les Chants de Maldoror. « Frère en audace et liberté d’Arthur Rimbaud (après tout, huit années seulement les séparent !), Ducasse / Lautréamont invente, pour notre délice et notre effroi, la figure de Maldoror, héros hors pair, narrateur et sujet tout à la fois, fascinante incarnation du Mal. » écrit Michel Raskine qui met en scène ce Chant 6. Voici donc le récit de la trajectoire incandescente de Mervyn, adolescent blond et anglais de « seize ans et quatre mois », dans le nouveau Paris nocturne de 1869, entre la place Vendôme et le Panthéon.

« N’ayez pas peur des rivages obscurs… Le trio virtuose fait vibrer ce sixième chant avec fièvre, grâce et humour (noir), découpant l’ado Mervyn en tranches d’humeurs fantasques, tandis que l’ombre du mal s’étend sur la scène. Michel Raskine et ses brillants acolytes nous font survoler des abîmes de ténébreuse poésie pour mieux exorciser les horreurs du monde. »
Philippe Chevilley, LES ÉCHOS (17 juillet 2017)

Pour ce spectacle, Michel Raskine a été accueilli en résidence aux Subsistances du 20 février au 4 mars 2017.

Distribution

Mise en scène : Michel Raskine
Interprètes : Damien Houssier, Thomas Rortais, René Turquois
Lumière, régies : Adèle Grépinet
Avec la complicité de : Marief Guittier
Production : Rask!ne & Compagnie
Administration de production : Claire Chaize
Remerciements à : Sylvestre Mercier, Stéphanie Mathieu
Accueils en résidence de création : Les  Subsistances – Lyon, Bateau Feu – Scène nationale Dunkerque

Rask!ne & Compagnie est conventionnée par le Ministère de la Culture/DRAC Auvergne — Rhône-Alpes, la Région Auvergne — Rhône-Alpes et reçoit le soutien de la Ville de Lyon et de l’ADAMI.

Parcours

Michel Raskine est né à Paris en 1951. Il a dirigé le Théâtre du Point du Jour, avec André Guittier, de 1995 à 2012. Il a joué dans des mises en scène de Agathe Alexis et Alain Alexis Barsacq, Anne Alvaro, Antoine Bourseiller, Gilles Chavassieux, Petrika Ionesco, Joël Jouanneau, Manfred Karge et Matthias Langhoff, René Loyon, Gwenaël Morin, Lucian Pintillé, Roger Planchon, Guy Rétoré, André Serré, Jos Verbist, Bob Wilson, Jean-Marie Winling… et Michel Raskine. De 1973 à 1978, il est assistant de Roger Planchon pour Par-dessus bord de Michel Vinaver, Le Tartuffe de Molière, Le Cochon noir et Gilles de Rais de Roger Planchon, A.A. Théâtres de Arthur Adamov, Folies Bourgeoises, Antoine et Cléopâtre et Périclès de William Shakespeare. De 1982 à 1986, il travaille avec Gildas Bourdet et l’équipe des comédiens de La Salamandre à Lille. Il joue dans Les Bas-fonds de Gorki, Une Station-service et Les Crachats de la lune de Gildas Bourdet. Casimir et Caroline de Ödön von Horváth, mise en scène d’Hans-Peter Cloos. Cacodémon Roi de Bernard Chartreux, mise en scène d’Alain Milianti. Au cinéma, il joue dans Histoire de Paul de René Féret, Félicité de Christine Pascal, La Lectrice de Michel Deville, Jeanne et le garçon formidable de Olivier Ducastel et Jacques Martineau… Avec Albert Herring de Benjamin Britten, créé en mai 2000 à l’Opéra de Lyon, il réalise sa première mise en scène lyrique. En 2003, il met en scène Otello de Giuseppe Verdi, toujours à l’Opéra de Lyon. Il a mis en scène Max Gericke ou Pareille au même de Manfred Karge, 1984, Kiki l’Indien, comédie alpine de Joël Jouanneau, 1989, Huis clos de Jean-Paul Sartre, 1991, L’épidémie et Un rat qui passe de Agota Kristof, 1993, La Fille bien gardée de Eugène Labiche, 1994, La Femme à barbe de Manfred Karge, 1995, Prométhée enchaîné d’Eschyle, 1995, L’Amante anglaise de Marguerite Duras, 1996, Chambres d’amour de Arthur Adamov, 1997, Les 81 minutes de Mademoiselle A. de Lothar Trolle, 1997, Théâtres de Olivier Py, 1998, La Maison d’os de Roland Dubillard, ENSATT, 1998, L’Affaire Ducreux de Robert Pinget, 1999, Au but de Thomas Bernhard, 2000, Barbe bleue, espoir des femmes de Dea Loher, 2001, Elle est là et c’est beau de Nathalie Sarraute, 2002, Les Relations de Claire de Dea Loher, 2003, Atteintes à sa vie de Martin Crimp, ENSATT, 2004, Le Chien et l’Atelier, (Chien ! de Dea Loher suivi de L’Atelier d’Alberto Giacometti de Jean Genet, 2005), Mère & fils, comédie nocturne de Joël Jouanneau, 2005, Périclès, prince de Tyr de William Shakespeare, Nuits de Fourvière, 2006, Me zo gwin ha te zo dour ou Quoi être maintenant ? de Marie Dilasser, Comédie de Valence, 2007, Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce, Comédie-Française, 2008, Jean-Jacques Rousseau, 2008, Le Fou et sa Femme, ce soir… de Botho Strauss, ENSATT, 2008, Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, 2009, La Danse de mort de August Strindberg, 2010, Le Sous-locataire de Marie Dilasser, Le Préau de Vire, 2010, Don Juan revient de guerre de Ödön von Horváth, École de la Comédie de Saint-Etienne, 2011, Le Président de Thomas Bernhard, Nuits de Fourvière, 2012, Tarjestvo Lioubvi (Le Triomphe de l’amour, de Marivaux) en langue russe, Théâtre de la Comédie Akimov, Saint-Petersbourg, 2013, Le Triomphe de l’amour de Marivaux au TNP de Villeurbanne, 2014.  Il présente, avec les élèves de l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Nature morte. À la gloire de la ville de Manolis Tsipos, au Festival d’Avignon, 2014. Il crée Au Cœur des ténèbres de Joseph Conrad au Théâtre de l’Elysée (Lyon), 2015 et Quartett, de Heiner Müller aux Célestins, Théâtre de Lyon, 2016. En 2017, il débute le 1er volet d’un travail sur Les Chants de Maldoror, de Lautréamont avec la mise en théâtre du Chant 6.  Suivra la mise en scène de Des guerriers dans le crâne, de Claudius Lünstedt, variation à partir du Chant 6.

Damien Houssier est né en 1984. De 1993 à 1999, il découvre sa passion pour le théâtre au sein de la compagnie Les Sales Gosses puis il poursuit sa formation à l’école Charles Dullin à Paris. Il joue ensuite dans une pièce d’Amélie Lepeytre : Lou, les yeux fermés au Festival off d’Avignon avant d’entrer au Conservatoire national supérieur d’art dramatique en 2005. Parallèlement à ses études, il joue en 2007 dans Le Suicidé de Nicolaï Erdman au théâtre de l’Athénée mis en scène par Anouch Paré. De 2008 à 2012, il travaille notamment avec Patrick Zuzalla à la Maison de la Poésie dans Philoctète & Ravachol de Cédric Demangeot ; avec Gilberte Tsaï au Nouveau Théâtre de Montreuil dans Vassa 1910 de Maxime Gorki et sous la direction de Bernard Sobel à la MC93 dans Cymbeline de William Shakespeare. En 2009, il participe au festival Impatience au théâtre de l’Odéon avec La Cruche Cassée de Heinrich von Kleist mis en scène par Thomas Bouvet, et travaille par ailleurs avec Adama Diop, Aurore Paris, Diane Scott, Marcel Bozonnet, Laurent Bazin, Maxime Kezanet, Yves Le Jeune, Michel Valmer, Samuel Vittoz… En 2010, il fait la rencontre de Sandrine Anglade avec qui il jouera successivement 3 spectacles créés au CDN de Dijon, à la MCNN de Nevers et à la Scène Nationale de Besançon : L’Oiseau Vert de Carlo Gozzi, Le Cid de Corneille et Le Roi sans terre de Marie-Sabine Roger. En 2011 et 2012, il travaille sous la direction de Richard Brunel à la Comédie de Valence dans Les Criminels de Ferdinand Bruckner et de nouveau avec Thomas Bouvet dans John & Mary de Pascal Rambert au théâtre de Vanves. Puis, de 2013 à 2016, il intègre le festival des Nuits de Joux dirigé par Guillaume Dujardin où il joue des auteurs aussi divers que Shakespeare, Tchekhov, Sade ou Gombrowicz. Il travaille dans le même temps avec Charlotte et Igor Bucharles au Studio Théâtre de Vitry dans Rouge de Igor Bucharles ; mais aussi avec David Costé, Maëlle Faucheur et Laure-Marie Legay. Puis il retrouve en 2015 Patrick Zuzalla au théâtre de La Commune dans une mise en scène de Ahmed Philosophe d’Alain Badiou. A partir de 2015, il devient acteur permanent du Festival de Caves au sein duquel il travaille notamment avec Simon Vincent, Maxime Kerzanet, Raphaël Patout, Etienne Pommeret… En 2017, il joue au théâtre de l’Echangeur La Rage/et à la fin nous serions tous heureux par la compagnie Le Dahu et prépare pour l’automne à la Comédie de Valence Syndrome U écrit et mis en scène par Julien Guyomard.

Thomas Rortais est né à Vesoul en 1992. A partir de 2008, il fait ses classes aux Conservatoires de Mulhouse, de Colmar et de Lyon, avec entre autres, Jean-Marc Eder, Laurent Brethome, Magali Bonat, Philippe Sire, Pierre Kuentz, Martial di Fonzo Bo, Gwenaël Morin, Philippe Minyana… A partir de 2013, il joue à Lyon (au Théâtre de l’Elysée, au TNG, à l’ENS, au Théâtre de l’Iris, à l’ENSATT, aux Célestins,Théâtre de Lyon), à Valence, aux Esquisses d’été de la Roche-sur-Yon, au Théâtre de l’Aquarium et au Théâtre du Rond-Point : Fécondations et Feu Jeanne (Adèle Gascuel), Ça vaut la peine de crier d’après la Contrebasse (Patrick Süskind / Antoine Besson), Blanche-Neige (Frères Grimm / Maxence Bod), Sex, Blood and Gourmandises et Magazines (Alban Dussin), Calderon (Pier Paolo Pasolini / Louise Vignaud), Massacre à Paris (Christopher Marlowe / Laurent Brethome), En finir avec Eddy Bellegueule (Edouard Louis / Richard Brunel), Pierre. Ciseaux. Papier. (Clémence Weill / Laurent Brethome) et Tailleur pour dames (George Feydeau / Louise Vignaud). Avec Michel Raskine, il joue dans Le Triomphe de l’amour de Marivaux au TNP à Villeurbanne et en tournée nationale, 2014 et 2015, Au Cœur des ténèbres de Joseph Conrad au Théâtre de l’Elysée (Lyon), et Quartett de Heiner Müller, aux Célestins, Théâtre de Lyon, 2016 et Maldoror/Chant 6 de Lautréamont, création au Théâtre du Petit Louvre, Festival d’Avignon 2017. En projet, début 2018 : Le Cercle de craie (Alexander von Zemlinsky / Richard Brunel) à l’Opéra de Lyon et Deux point zéro (Myriam Boudenia / Pauline Laidet) à la Comédie de Valence.

Né en 1986 à Châtellerault, René Turquois participe depuis l’âge de cinq ans à diverses productions dans la Vienne, en parallèle de sa scolarité. En 2006, il rentre au conservatoire de Tours, où il travaille notamment avec Philippe Lebas, Christine Joly, Cyril Casmèze, Vincent Dissez, Arnaud Pirault et Alain Bézu. En 2009, il intègre L’École de la Comédie de Saint-Étienne, École supérieure d’Art dramatique, sous la direction de Jean-Claude Berutti, puis d’Arnaud Meunier. Il y travaille entre autres avec Valérie Bezançon, Antoine Caubet, Delphine Gleize, Jean-Marie Villégier, Lev Dodine et Olivier Py. Durant sa formation, il joue également sous la direction de Gwenaël Morin (Introspection de Peter Handke), Michel Raskine (Don Juan revient de guerre d’Ödön von Horváth), François Rancillac (Lanceurs de graines de Jean Giono) et Robert Cantarella (Un jeune se tue de Christophe Honoré). Depuis sa sortie en 2012, il a joué avec le Collectif X dans Le Soulier de Satin de Paul Claudel, mis en scène par Kathleen Dol, dans le cadre du théâtre permanent de Gwenaël Morin au théâtre du Point du Jour. Il a travaillé à deux reprises avec l’auteur-metteur en scène Valère Novarina pour L’Atelier Volant et Le Vivier des Noms, ainsi qu’avec Arnaud Meunier pour Chapitres de la Chute : Saga des Lehman Brothers de Stefano Massini, puis pour Le Retour au Desert de Bernard-Marie Koltès, où il rencontre Catherine Hiegel qui lui proposera de rejoindre l’équipe des Femmes Savantes de Molière au théâtre de la Porte Saint-Martin.

 

Partager

Tarifs

10 € / 12 € / 14 €

Dates & horaires

mar 10 octobre 2017 / 20:00

mer 11 octobre 2017 / 20:00

jeu 12 octobre 2017 / 20:00

ven 13 octobre 2017 / 20:00

sam 14 octobre 2017 / 20:00

Durée

1h 05

À noter

À partir de 13 ans