Saison 2017 - 2018
Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique - Lyon
Théâtre / Danse /
Cirque / Musique

Saison 2017 - 2018
Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique – Lyon

Pr Programmation

Marie Vialle / Pascal Quignard

Le nom sur le bout de la langue

Du mercredi 8 au vendredi 10 novembre 2017 à 20h

Théâtre

Présentation

Spectacle dans le cadre du festival Best of 2017.

Marie Vialle, magnifique actrice, donne voix en 2005 à ces trois histoires écrites par Pascal Quignard. Une pomme, une ceinture, le nom oublié d’un chevalier, la découverte de la sexualité… Des contes pour les grands écrits par un des plus singuliers auteurs contemporains. Lorsqu’il confie ces textes à la jeune actrice, ils ignorent tous deux que plus de dix ans après, ils chemineront encore ensemble. L’an dernier leur complicité intense a offert un grand moment de théâtre au Festival d’Avignon. Nous, nous leur avons demandé de reprendre ce premier spectacle qui nous avait bouleversés par sa limpidité et sa force.

Un spectacle d’après le livre Le Nom sur le bout de la langue de Pascal Quignard

Pour la reprise de cette pièce Marie Vialle sera accueillie en résidence aux Subsistances en novembre 2017.

+++

Babel
Jeudi 9 novembre à l’issue de la représentation.
Rencontre-discussion avec l’équipe artistique.
Gratuit

Note d’intention

“J’admire le travail de Marie Vialle. J’ai associé trois contes pour elle. Ces trois contes n’en forment à vrai dire qu’un seul puisqu’ils concernent tous les trois l’origine de la voix. Dans la Fête des Chants du Marais la mue fait perdre au jeune garçon la voix. L’arrivée de la sexualité chez tous les garçons est mêlée de voix perdue et d’un terrible dépit. À jamais un monde avant nous, perdu en nous, chante en nous. Le deuxième conte, Paradis, est consacré au coït et au cri qui le trahit. Comme nous sommes tous les fruits de la volupté sexuelle, cette joie crie dans chaque corps. Dans le conte du nom sur le bout de la langue enfin le nom propre se perd dans l’effroi. Comme dans la mort. Nous ne sommes pas une espèce qui « possède » le langage. Nous l’acquérons tant bien que mal à partir de l’âge de dix-huit mois jusqu’à l’âge de sept ans. Nous le perdons dans l’angoisse et plus encore en vieillissant. Le langage ne nous définit pas : il défaille en nous.”

Pascal Quignard

“Quand j’ai lu Le nom sur le bout de la langue, je m’y suis crue. Être sans cesse à la recherche de quelque chose d’impalpable et de perdu. Retenir indéfiniment les mots et les oublier sans cesse. Se sentir nue et fragile. Affronter une immense vague de peur qui vient se briser sur moi et dans le même temps m’enrouler autour. C’est avec ces questions que je rentre dans les histoires de Pascal Quignard. Je veux être au plus près du dénuement et du silence. Partir de presque rien : un tabouret, mon violoncelle et la lumière. Je joue du violoncelle, je joue la comédie, je joue tout court, je suis heureuse, j’ai raccroché les wagons. Mon violoncelle m’entraîne dans un autre monde auquel je n’ai pas accès avec des mots.”

Marie Vialle

Distribution

Texte : Pascal Quignard
Mise en scène et interprétation : Marie Vialle
Lumières : Jean-Claude Fonkenel
Musiques : Sarabande de la 5e suite de Bach et Le Chant des oiseaux adapté par Pablo Casals
Costumes, maquillage : Cécile Kretschmar
Régie générale : Pierre Grasset

Production déléguée : Théâtre de la Bastille / 2005
Coproduction : TNT – Théâtre National de Toulouse

Parcours

Marie Vialle suit les cours de l’école de la rue Blanche-Ensatt avec Redjep Mitrovitsa, Jacques Kraemer et Aurélien Recoing de 1992 à 1994. De 1994 à 1997, elle poursuit sa formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris avec comme professeurs Daniel Mesguich, Philippe Adrien et Jacques Nichet. Au théâtre, Marie Vialle joue notamment sous la direction de Jean-Michel Rabeux dans Feu l’Amour, trois pièces de Georges Feydeau et Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, Jean-Louis Benoît dans Ruzzante, retour de guerre, Bilora et Henri V de William Shakespeare, Guillemette Grobon dans Mourad le désiré mise en scène de l’auteur, David Lescot dans L’Association mise en scène de l’auteur, Jean-Louis Martinelli dans Le Deuil sied à Électre de Eugène O’Neill, Renaud Cojo dans Phaedra’s Love de Sarah Kane, Jacques Nichet dans Casimir et Caroline de Ödon von Horväth, Philippe Adrien dans Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac, Julie Brochen dans Penthésilée de Heinrich von Kleist, Jean-Luc Boutté dans Lucrèce Borgia de Victor Hugo, Gilles Cohen dans La Baignoire et les deux chaises, Luc Bondy dans La Seconde surprise de l’amour de Marivaux, Marie-Louise Bischofberger dans Je t’ai épousé par allégresse de Natalia Ginzburg, Didier Bezace dans Les Fausses Confidences de Marivaux et Stuart Seide dans Mary Stuart de Friedrich Schiller. Marie Vialle met également en scène deux textes de Pascal Quignard Le Nom sur le bout de la langue et Triomphe du temps, que l’auteur écrira suite à sa rencontre avec la jeune metteur en scène et un texte de Olivia Rosenthal Les Lois de l’hospitalité. Au cinéma, elle joue notamment dans Baby Blues de Diane Bertrand, Les Inséparables de Christine Dory, Avant l’oubli de Augustin Burger, La Parenthèse enchantée de Michel Spinosa, Julie est amoureuse de Vincent Dietschy et Le Cri de Tarzan de Thomas Bardinet. Marie Vialle pratique également le violoncelle et le chant.

Partager

Tarifs

10 € / 12 € / 14 €

Dates & horaires

mer 8 novembre 2017 / 20:00

jeu 9 novembre 2017 / 20:00

ven 10 novembre 2017 / 20:00

À partir de

12 ans

Durée

1h