La Nòvia

La Trève
Film documentaire / Création

Voyage hallucinatoire au cœur du plateau volcanique du Velay, La Trève – création performative cinématographique – s’émancipe du format classique de projection en fusionnant l’expérience immersive de l’image documentaire et les musiques traditionnelles et expérimentales.

Dans le Velay, la treva (la trève) est une manifestation alarmante : cause d’illusions d’optique.

Conçue comme un voyage hallucinatoire au cœur du plateau volcanique du Velay, La Trève – création performative cinématographique – sort du format classique de projection par la mise en œuvre d’une expérience immersive de l’image documentaire. Tournée en partie durant une marche de 15 jours entre le Puy-en-Velay et le Mont Mézenc, la Trève aborde les notions d’habiter, d’errer et questionne notre relation au paysage.
«  Qu’est-ce qu’un paysage, ce qui se tient devant nous ou celui qui nous avale ? Le vertige résidence dans la sensation d’être aspiré, avalé par les yeux. »

Création aux SUBS dans le cadre de l’appel à projet Geyser avec le Grütli, Genève.

Conçu comme un voyage hallucinatoire au cœur du plateau volcanique du Velay, le spectacle est comme une bibliothèque d’images, de sons et de paroles. Les fragments assemblés en séquences fonctionnant comme autant de couches autonomes seront intriqués les uns les autres selon un procédé de montage aléatoire. La projection n’est pas envisagée comme un processus figée mais comme une expérience immersive en mouvement révélant de nouvelles perspectives. Il s’agit d’inviter le spectateur à pénétrer une zone animée par l’altération des repères.

Ce travail naît de réflexions sur les notions de collectage et de patrimoine immatériel dans le Massif central : comment créer des images qui ne tombent pas dans le folklore ? Il est ici question de mettre en œuvre une méthodologie relevant d’une « ethnographie psychédélique » telle qu’imaginée par Ben Russell et de ré-interroger les conventions de la représentation documentaire.

Le film se construit autour de deux phénomènes, la trêve et la burle, servant de point de départ à l’exploration du territoire volcanique du Velay. Situé à l’est du Massif central, ce pays est le plus vaste plateau basaltique de France. Une terre d’altitude vallonnée et traversée par les gorges profondes de la Loire, du Lignon et de la Dunières. Les traces d’une intense activité volcanique habitent les paysages : sucs (sommets volcaniques) maars (lacs de cratères), orgues (colonnes de basalte), narses (dépressions marécageuses)… Des formations géologiques aussi fascinantes qu’inquiétantes. Ce plateau hérissé de volcans éteints est parfois traversé par un violent blizzard qui avale tout sur son passage : la burle « avaleuse de carcasse du crépuscule à l’aurore ». Terres maudites, écrivait Régis Sahuc.

Écriture et réalisation : Yann Gourdon, Gwendal Le Goff, Grégoire Orio et Jacques Puech.
Textes d’Élodie Ortega lus par Éloïse Decazes.
Avec Camille Rouaud et Frédéric Lavachery.
Direction artistique : Yann Gourdon

Ce projet est produit par le Collectif La Nòvia et bénéficie du soutien financier de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes, de la Région Auvergne Rhône-Alpes, de l’Agence Culturelle de Dordogne, Des Subsistances et du Grütli.