Cecilia Bengolea, Damion BG Dancerz et Craig Black Eagle

Oneness – Party Animal

Dance party / Danse / Performance

Ce spectacle est présenté dans le cadre du MOI de la danse.

Rythmes chaloupés, flow salace et vindicatif : bienvenue dans l’univers fiévreux du Dancehall ! Née en Jamaïque à la fin des années 1970, cette version club et turbulente du reggae fait fureur auprès des adeptes de déhanchements exacerbés. Insatiable exploratrice des richesses de la contre-culture, Cecilia Bengolea a fait du dancehall le moteur de ses dernières créations. Pour l’occasion, la chorégraphe franco-argentine, qui s’est illustrée dans des spectacles en tandem avec François Chaignaud, collabore avec les danseurs jamaïcains Damion BG Dancerz et Craig Black Eagle. Impossible de rester gentiment assis sur son siège face à ce trio de choc : ça tombe bien, le spectacle se déroule en mode dancefloor avec light show, projection vidéo et sound system.
Ce soir c’est dancehall party aux Subs pour finir en beauté et en sueur cette édition du MOI de la danse !

vlovajobpru.com

Le dancehall est une culture spirituelle, un style de musique, une communauté de danse de rue autant qu’un style de vie. Le Dancehall trouve ses origines dans la Jamaïque des années 1970 comme variante du Reggae. Après avoir collaboré ensemble pendant de plus de cinq ans Damion Bg Dancerz, Craig Blak Eagle et Cecilia Bengolea, aimeraient vous inviter à vous joindre à leur performance participative prenant l’aspect d’une fête ou « bal moderne ». Party Animal est un titre de l’artiste jamaïcain Charly Black qui surnomme ainsi un personnage de sa chanson. C’est cela que deviennent les danseurs lorsqu’ils débarquent à Kingston et qu’ils invités par les danseurs locaux à rejoindre leur raves et fêtes de rue qui durent toute la semaine. Les vibrations des sound systems, paroles et riddims créent une unité. Tous les danseurs de Dancehall partagent le langage de l’écriture à plusieurs.

Les pas de Dancehall sont créés en Jamaïque et sont devenus depuis dix ans un phénomène mondial. Les danseurs jamaïcains accueillent sur leur île les étrangers pour danser le Dancehall, et même parfois pour créer de nouveaux pas. Dans cette performance Oneness – Party Animal Damion BG Dancer, Craig Black Eagle et Cecilia Bengolea souhaiteraient vous inviter à venir voir leurs toutes dernières chorégraphies, à vous joindre à eux et amorcer quelques pas au son du mix du D.J. Master Will.

En collaboration avec Sam Twidale, Cecilia Bengolea a créé un software qui permet de mixer en direct plusieurs vidéos de son répertoire. Grâce à un système d’algorithmes, quatre heures de rushs vidéos, filmés en Jamaïque sur une période de cinq ans, répondent à des paramètres musicaux et de mouvements préprogrammés, afin que les fichiers puissent se mixer eux-mêmes, en direct, comme l’aurait fait un D.J.

La pratique de Cecilia Bengolea est centrée sur les formes de danses anthropologiques et urbaines, ainsi que leur relation à la nature, aux éléments et à la figuration. Elle perçoit la danse et la performance comme une sculpture animée et aime l’idée que ces formes d’expression lui permettent de devenir objet et sujet en même temps. Elle a étudié la philosophie et l’histoire de l’Art à l’université de Buenos Aires Paris et a suivi la formation Ex.e.r.c.e. à Montpellier, dirigée par Mathilde Monnier.

Les performances et les installations vidéos de Cecilia Bengolea ont été exposées à la Biennale de Gwangju (2014), la Biennale de Lyon (2015), The Tanks and Tade Modern (2015), Faena Arts Center, Buenos Aires (2015 et 2017) Fig-2 25/50 at ICA, London (2015), la Dia Art Foundation (mai 2017), Tokyo Spiral Hall, à la Biennale de Sao Paulo (2016), The Infinite Mix, la galerie Hayward à Londres (2016), Elevation 1049 à Gstaad (2017), au Palais de Tokyo (2015 et 2018), la Art Night, ICA London (2015), Fiorucci Art Trust, Stromboli, la Dhaka Art Summit (2018), TBA21, Venice (2018), à Art Basel Miami Beach (2018), E.A.T (2019), au Centre Pompidou (2010 et 2016), au Engadin Art Talks 2019, et à Desertx en 2019.
Cecilia Bengolea collabore avec François Chaignaud depuis 2005. Ensemble, ils créent Pâquerette (2005- 2008), Sylphides (2009), Castor et Pollux (2010), Danses Libres (2010), (M)IMOSA (coécrit et interprété́ avec Trajal Harrell et Marlene Monteiro Freitas, 2011), altered natives’ Say Yes To Another Excess – TWERK (2012), Dub Love (2013), How Slow The Wind pour le Ballet de l’Opéra de Lyon et Devoted pour le Ballet de Lorraine (2014), The Lighters’ Dancehall Polyphony pour le Tanztheater Wuppertal (2015) et DFS (2016). En 2009, ils remportent le Prix de la critique de Paris et reçoivent cinq ans plus tard le prix Jeunes Artistes à la Biennale de Gwangju pour l’ensemble de leur œuvre.

Conception : Cecilia Bengolea,Damion BG Dancerz et Craig Black Eagle
Performeurs : Cecilia Bengolea, Craig Black Eagle, Damion BG Dancerz
D.J.: DJ Master Will
Vidéos : Infinite mix de Cecilia Bengolea et Black Eagle
Administration/production : Chloé Schmidt, Jeanne Lefèvre, Clémentine Rougier
Diffusion : Sarah de Ganck/ART HAPPENS

Coproduction (en cours) : La Villette, Paris
Production : Vlovajob Pru est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes) et le Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes.
Cecilia Bengolea et François Chaignaud sont artistes associés à Bonlieu Scène nationale Annecy.