Xavier Veilhan & Stephen Thompson

Compulsory Figures

Dance / Performance / Création

Création présentée dans une version spéciale pour la Fête des Lumières à l’issue d’une résidence aux Subs

Figure majeure de la scène artistique internationale, Xavier Veilhan développe une œuvre pluridimensionnelle dont les incursions dans le spectacle vivant sont toujours aussi surprenantes que réjouissantes. Compulsory Figures est ainsi une installation spectaculaire avec patinoire, dispositif vidéo-son-lumière et virtuose de la glisse. Sur la glace, le danseur et patineur Stephen Thompson redonne vie à une discipline olympique aujourd’hui disparue. Tel un archéologue du mouvement, il réactive ces « figures imposées » très techniques et précises qui consistaient à graver plusieurs fois de suite dans la glace l’exacte même forme circulaire. Au fil de la performance, des tableaux prennent vie pour orchestrer une expérience totale au cœur du mouvement.

& aussi :

  • Workshop spécial sur glace avec Stephen Thompson autour de Compulsory Figures (samedi 7 décembre 2019 à 10h30)
  • Projection d’une sélection de films de Xavier Veilhan sur l’esplanade (Du jeudi 5 au dimanche 8 décembre de 17h à 22h)
  • Soirée spéciale avec Maud Geffray (samedi 7 décembre à 21h)

le-beau

À l’origine de cette création, il y a une fascination enfantine pour les pratiques de glisse sur glace. Ce qui m’attire toujours aujourd’hui, c’est l’apesanteur horizontale que seule peut produire la glace. Quand Stephen Thompson chausse ses patins, il ne semble plus soumis aux lois physiques du commun des mortels. Son niveau de patinage et sa présence athlétique sur la glace métamorphosent instantanément l’atmosphère d’une patinoire. Comme si deux réalités parallèles entraient en collision. Le travail que je mène actuellement vise à recréer de tels moments. Cette pièce cristallise toute ma perception du spectacle et de la fiction. Je cherche à générer une dramaturgie en sourdine qui puisse de temps à autre faire advenir des saisissements, des pics d’affirmation de spectacle, comme des reliefs sur lesquels peuvent s’accrocher différents affects. Je fabrique du spectacle sans aucune pression dramatique. Mes références s’ancrent davantage du côté du paysage et de la promenade. Autrement dit, il ne se passe rien. Quand un personnage rentre dans le champ tout devient possible. Stephen Thompson pourrait patiner sans que personne ne soit là pour le regarder. Du moins il s’emploie à agir de cette manière en accomplissant des « compulsory figures » qui finissent par produire du spectacle dans les marges du spectaculaire. Ce que j’aime aussi dans les spectacles, c’est quand une trame et une structure sont au service de ce qui va pouvoir venir d’ailleurs. Pour moi, créer un spectacle consiste à ordonnancer le réel pour accueillir de l’inadvertance et faire en sorte que chacun s’en empare. Dans cet esprit, la glace de la patinoire est comme une page blanche. La patinoire que nous imaginons pour ce spectacle est un espace ouvert voué à fonctionner de façon autonome. Chacun peut se déplacer et interagir avec l’environnement proposé. J’ai envie de rester relativement flou au sujet de l’engagement qui sera requis de la part du public le temps du spectacle. Ce qui compte, c’est la qualité des interférences entre ce qui est prévu et ce qui ne l’est pas en maintenant toujours un effet de porosité avec la vie qui nous entoure. En patinage sur glace, les « compulsory figures » représentent une manière de dessiner qui utilise pleinement un espace disponible, certes avec des patins aux pieds et sur une surface glacée. Il s’agit d’une sorte de danse-dessin qui se déploie de façon hypergéométrique. Le patineur réalise avec les mouvements de son corps un dessin industriel dont la quête de perfection va paradoxalement à l’encontre de l’organique. Le spectacle met en scène cette part mécanique de la création dans un ensemble qui intègre également la machinerie nécessaire à l’entretien de la glace. Un dessin offre toujours plus que lui-même : il donne accès au hors-champs qui l’a vu naître. C’est ce que fait apparaître de façon métaphorique la constellation de motifs que créent les déplacements millimétrés de Stephen Thompson sur la glace. Les sillons qu’il creuse reproduisent des formes qui traversent toute l’histoire de l’art. Cette tentative d’épuisement des figures géométriques rejoint mon propre processus créatif : des phases de dessins compulsifs tracent un chemin entre l’idée et sa réalisation. Mon atelier génère ensuite des formes qui s’incarnent dans une sculpture, un mobile, une peinture, un dessin, un collage, un film, un spectacle. Le dessin se révèle toujours comme une prémonition tournée vers l’oeuvre à venir.

Xavier Veilhan, propos recueillis le 20/09/18 par Stéphane Malfettes

Samedi 7 décembre de 10h30-12h
Workshop spécial sur glace avec Stephen Thompson autour du spectacle Compulsory Figures de Xavier Veilhan.
> 1h30 d’atelier suivi d’un brunch maison, tarif 18 € / participant
Tous niveaux, apportez vos patins à glace !

 

Projection d’une sélection de films de Xavier Veilhan sur l’esplanade
Du jeudi 5 au dimanche 8 décembre de 17h à 22h, gratuit