Tarek Lakhrissi & Sorour Darabi

Du lundi 21 au samedi 26 octobre 2019
Résidence

Tarek Lakhrissi & Sorour Darabi sont accueillis en résidence aux Subs pour leur projet Mowgli.

Le projet

J’ai vu les yeux de ces fils de putes, de ces fils de pute
Devant le scié à bégayer (à bégayer, à bégayer, à bégayer)
Coup de crosse et encore, j’suis til-gen
De pas te jeter chez les oubliés (chez les oubliés, chez les oubliés)
Entre toi et moi, qui s’aime le plus?
Qui souffre le plus, le plus, le plus?
Le coeur niqué (le plus, le plus, le plus, le plus, le plus, le plus)
Élevé dans l’honneur du dit-ban dans tout Corbeil, hmm
Tu peux vérifier (tu peux vérifier, vérifier, vérifier)
PNL – “Mowgli II”

Par quelle jungle est-il.elle arrivé pour manger un bout de rêve ? Sauvage est ce qui apparaît. La jungle est un territoire infini, dans lequel le possible a un autre sens, ou peut-être aucun. Un terrain de je- dangereux, inquiétant, gênant et excitant à la fois. Devenir sauvage est un projet politique en résonance avec la construction sociale. Si la jungle est réellement un livre, qu’est-ce que le nôtre racontera ? Cette collaboration s’inspire librement du conte, du mouvement et de la voix à travers Mowgli et les paroles de chansons de Googoosh et de PNL. Vécu comme une forme de PNLologie, du corps, du souffle et de l’esprit, le duo Darabi-Lakhrissi, en bons “coeurs niqués”, traverse les thèmes de la famille choisie, de la mélancolie et des légendes urbaines pour se la raconter (un peu), raconter (beaucoup), et conter le reste d’histoires vécues et fantasmées.

L'équipe artistique

Sorour Darabi est un·e artiste autodidacte iranien·ne qui vit et travaille à Paris. Avant son départ pour la France, il·elle a collaboré activement, en Iran, à l’organisation underground ICCD, à l’origine du festival Untimely (Téhéran) qui a présenté ses productions. Au cours de ses études au CCN de Montpellier, il·elle a élaboré le solo Subject to Change, un spectacle qui interroge l’impermanence du temps et de la cohabitation avec l’environnement. En 2016, il·elle a créé Farci.e, une performance qu’il·elle interprète seul·e, pour le festival Montpellier Danse. Savušun (2018), trouve son inspiration dans les cérémonies de deuil de mouharram et explore les émotions : l’affliction, l’effroi et la souffrance ; c’est une ode aux états d’âme, à la vulnérabilité et aux êtres affectés.

Tarek Lakhrissi (né en 1992, Châtellerault) est un artiste basé à Paris. Il travaille à partir de la performance, de l’installation, de la vidéo et de la poésie autour de la codification du langage et des affects à travers une démarche fictionnelle. Ses travaux ont été présentés au sein de nombreux centres d’art : Palais de Tokyo – Paris, Fondation Gulbenkian – Paris, Fondation Lafayette Anticipations – Paris, Bétonsalon – Paris, DOC ! – Paris, La Gaité Lyrique – Paris, Auto Italia South East – Londres, SMC/CAC – Vilnius, Kim? – Riga, Lettonie, Artexte – Montréal, Confort Moderne – Poitiers, Circa Projects – Newcastle, Wendy’s Subway – Brooklyn, La Galerie, CAC (Noisy-Le-Sec).

La distribution (en cours)

Un projet de et avec Tarek Lakhrissi et Sorour Darabi
Dramaturgie : Pauline Le Boulba

Production : Kunstenfestivaldesarts
Production déléguée : Météores
Administration : Charlotte Giteau
Diffusion : Sandrine Barrasso