Nawelle Aïnèche

Du 19 mai au 11 juin 2022

Nawelle Aïnèche est accueillie en résidence aux SUBS pour son projet Entre.

Entre est un projet hybride liant la performance à la sculpture. Entre s’organise autour du « ma » notion japonaise qui définit le vide comme un espace qui relie mais aussi autour de l’ikebana, art floral japonais qui sublime la nature par ce même vide.
Utiliser ces notions est un moyen d’interroger nos actions répétitives entre une marche arrière imposée et une marche avant intuitive face aux autres, face aux évènements.
La sculpture est au cœur du projet. Réalisée à partir d’aiguille de coutures, elle imposera au corps du performeur les mouvements, le rythme, l’action et l’inaction avant de se voir couvrir de fleurs par un Maître ikebana.
Cette matière où le geste de répétition est obsessionnel questionne l’interstice magnétique qu’il y a entre le public et l’œuvre d’art.

Après avoir obtenu un Diplôme des Métiers d’Art Costumier, Nawelle Aïnèche est partie apprendre et expérimenter le tissage de matière plastique à Dakar, Sénégal, durant quatre mois grâce à la bourse « Voyager pour apprendre les métiers d’arts » de la Fondation Culture et Diversité en partenariat avec l’UNESCO. En 2017, elle reçoit la bourse et résidence d’artiste « Création en cours », mise en place par le Ministère de la Culture, piloté par les Ateliers Médicis.

Lors de cette résidence, elle place la contrainte de la matière sur le corps au centre de sa recherche et conçoit la performance « Qu’est-ce que je vais faire de toi ? » avec un costume tissé de bandes magnétiques de cassettes VHS. Cette performance sera présentée en Résonance de la Biennale d’Art de Lyon en septembre 2017, au Festival International du Textile Extraordinaire à Clermont-Ferrand en 2018, au Musée de l’Hôtel Dieu lors de l’exposition des Ateliers de France et au Musée Historique de l’État de Moscou pour l’exposition internationale Innovative Costume of the 21st Century : The Next Generation.

En 2019, elle expose ses tissages de bandes magnétiques de cassettes vidéos au Grand Palais lors de l’exposition des Ateliers d’Art de France Révélations. Au sein de la galerie Studiolo, elle expose à  Art Elysées à Paris ainsi que Unique Design Shanghaï  en Chine. Enfin, avec la collaboration des Ateliers Médicis, elle intègre la Collection de l’Institut Français et part en Chine pour plusieurs workshop lors du Mois pour l’environnement Franco-Chinois (Canton et Chengdu).

Nawelle Aïnèche s’intéresse à l’attraction entre la matière corporelle et le passage de nos émotions pris dans le réel. Ses retranscriptions personnelles se définissent comme universel lorsque la matière choisit s’accumule et se régénère avec la même énergie que l’épiderme. Elle donne à voir une nouvelle personnalité, une nouvelle histoire, hors des dogmes. Par ce dessein, Nawelle engage son travail sur des questions d’espace intérieur et extérieur, telle une maison, une architecture corporelle.

Entre poésie, mystique et science fiction, ses performances, installations, costumes sculptures ou masques demandent aux spectateurs de briser le quatrième mur, comme au théâtre d’Antonin Artaud, afin de se libérer de ses vérités contemporaine.

Son travail a été exposé au Musée Historique de Moscou en Russie, au Tank Museum en Chine ainsi qu’au Grand Palais à Paris.