Maud Geffray / Laure Brisa

Ciné-clubbing

Du 2 au 7 décembre 2019
Résidence

Maud Geffray et Laure Brisa sont accueillies en résidence aux Subsistances pour leur live Ciné-clubbing.

Le projet

Moitié du duo électro Scratch Massive, Maud Geffray mène une carrière solo de DJ très prisée des dancefloors mais aussi de compositrice en collaboration avec des artistes issus de multiples horizons. Cette soirée exceptionnelle aux Subs réunit ses deux pôles créatifs avec une première partie où les films de Xavier Veilhan et la musique de Phil Glass seront à l’honneur et une deuxième partie de soirée en mode clubbing survolté. Un moment d’art total qui réunit à la fois l’installation-patinoire de Xavier Veilhan, une sélection de ses films et la musique électronique multi-sensorielle de Maud Geffray.

 

Maud Geffray sort son premier maxi 1994 chez Pan European Recording (2015) : ses mélodies entêtantes accompagnent le film super 8 d’une rave oubliée dans les dunes de Carnac. Son premier album, Polaar, naît d’une carte blanche du musée du Louvre où sa musique joue avec des images boréales et neigeuses filmées par Jamie Harley au fin fond de la Laponie. En 2017, ses beats électroniques et ses nappes synthétiques dialoguent avec les accords de harpe de Lavinia Meijer pour rendre hommage au pape de la musique répétitive américaine, Phil Glass. C’est ce projet intitulé Still Life que Maud Geffray présente dans une version inédite accompagnée par la harpiste Laure Brisa et une sélection de films de Xavier Veilhan, le plus mélomane des artistes contemporains.

L'équipe artistique

Maud Geffray est née à Saint-Nazaire. Elle fait partie du groupe Scratch Massive. En 2015, Maud Geffrey publie un premier album solo baptisé 19942. Il s’agit de la bande-son d’un film tourné lors d’une rave en 1994 sur une plage entre Quiberon et Carnac. En 2017, Maud Geffray sort un deuxième album Polaar. Cet album est produit lors d’une résidence en hiver dans une ville Rovaniemi du nord de la Finlande, pour une commande du Louvre3. Elle compose un film musical en s’inspirant de la vie des habitants et des adolescents plongés dans le noir, il y fait nuit 22 heures sur 24. En novembre de la même année, invitée du festival Variations, organisée par le magazine musical Sourdoreille, Maud Geffray s’associe à la harpiste néerlandaise, Lavinia Meijer afin d’honorer la musique contemporaine minimaliste et répétitive de Philip Glass sur la scène de La Cigale. Maud Geffray a également composé la bande originale du film-documentaire Southern Belle du réalisateur Nicolas Peduzzi (sorti en avril 2018), qui brosse le portrait d’une jeunesse américaine perdue et décadente à travers la figure de Taelor, héritière d’un exploitant de pétrole.

Laure Brisa a suivi une formation en harpe et chant aux conservatoires de Grenoble et de Fresnes. Elle entre à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle de Bruxelles (INSAS) pour se consacrer au théâtre et se former au métier de comédienne. Elle travaille avec Jean-Vincent Brisa, le collectif des Barbarins Fourchus et intègre en 2002 l’équipe de Création Théâtrale dirigée par Chantal Morel. Elle joue dans Le droit de rêver ou Les musiques orphelines, Souvent je murmure un adieu, ou encore Macha s’est absentée (nommé aux Molières 2005). En mai 2007, elle rencontre Bartabas qu’elle accompagne à la harpe. Dès 2008, elle commence l’écriture d’un solo harpe voix percussions & machines, dont elle présente les premiers extraits aux Bouffes du Nord lors de la soirée Numérus Circus.  En 2014, le solo prend la forme d’un duo avec Guillaume de la Villéon. Depuis elle a travaillé notamment avec : Jérôme Lapierre, Didier Bouchet, Mathurin Bolze, Yoann Bourgeois, Jim Yamouridis, Seb Martel, Bastien Lallemant…