Justine Berthillot / Mosi Espinoza

Résidence
du 26 au 30 avril 2021

Justine Berthillot et Mosi Espinoza sont accueillis en résidence aux SUBS pour leur projet On ne fait pas de pacte avec les bêtes.

On ne fait pas de pacte avec les bêtes propose d’exposer les corps, révéler les représentations et les mythes qu’on porte sur eux, les projections qu’ils esquissent à nos imaginaires, et leur intimité profonde, leurs besoins contradictoires sociaux et pulsionnels.

Par des compositions de postures, de portés, d’actions, masqués ou non, chaque déploiement physique est comme une photographie qui s’anime, une carte postale qui prend corps tel un ballet plus ou moins absurde qui convoque de manière lointaine et détournée les enjeux de dominations passés et présents.
Et grâce à des situations et moments circassiens, il s’agit de mettre en jeu des corps vulnérables, instables et résistants qui se jettent dans la bataille, et qui en se laissant regarder, convoquent nos imaginaires à re/déconstruire.
C’est un cirque de la mascarade, de l’absurde, fait de brutalité et de beauté qui impliquent nos capacités physiques et circassiennes dans une perspective historique.

C’est un pièce d’images en ce qu’il s’inspire et se nourrit de documentations, d’archives, de discours et de photographies autour du thème des corps dominés, objectivisés, colonisés.
La domination des corps, six siècles d’histoires qui ont construit des imaginaires, des fantasmes et des pratiques aux multiples facettes, un thème qui est aujourd’hui un des sujets de recherche majeurs.
Et c’est avec nos corps d’acrobates et une narration hybride que nous laisserons se manifester les représentations qui en découlent, travailler avec leur visibilités et invisibilités.

Enfin, il s’agit de chercher avec l’animalité possible du mouvement acrobatique, une animalité universelle et nécessaire, a contrario d’une animalité radicalement autre, et souvent rapprochée à une race et/ou un genre pour les penser comme étranges, monstrueux ou encore exotiques, nourrissant ainsi de vieux mythes sur les identités et les sexualités.
Il s’agit de dialoguer avec ce corps animal comme étant fondamentalement nôtre et même.

MOSI ESPINOZA a suivi différentes formations à la Tarumba (Pérou), à l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois ainsi qu’au Lido – Centre des Arts du Cirque de Toulouse. C’est à dix-huit ans qu’il participe à la première tournée sous chapiteau de la Tarumba en tant qu’artiste et professeur de cirque. Puis il rejoint les compagnies péruviennes Fantastica Circo et Agarrate Catalina autour de créations collectives. Parallèlement, il donne des cours de cirque à des enfants dans des collèges défavorisés ainsi qu’à la Pontificia Universidad Catolica del Peru PUCP . Après s’être formé en France, il rejoint La Cie Ieto en tant qu’Acrobate/ fil de feriste et poursuit une tournée internationale pendant 3 ans. Par la suite, il rejoint la Cie Les Colporteurs dans le spectacle Le bal des intouchables. En 2015, il rejoint la compagnie la Tournoyante pour la création No/ More. Il collabore avec la compagnie Kubilai Khan investigations sur Collection secrète #1. En 2016 il participe à une création franco-caribéenne dans le cadre du projet Antipodes et en 2019 il joue dans Piano sur le fil, spectacles produits par le PPCM. Entre 2017 et 2019, il intervient comme regard chorégraphique au sein de la compagnie Morgane.Il est membre fondateur du Galactik Ensemble avec qui il a créé Optraken en octobre 2017. Depuis début 2020 nous sommes « artiste accompagnement » au Théâtre 71 – Scène national de Malakoff et nous sommes « artiste associes » à la Maison de la Danse de Lyon depuis 2020. Nous sommes actuellement en création d’une nouvelle pièce prévue pour novembre 2021.

JUSTINE BERTHILLOT étudie la philosophie à Besançon en classes préparatoires hypokhâgne puis khâgne avant d’obtenir sa Licence en philosophie à l’Université Jean Moulin de Lyon III. En 2009, elle entre à l’ENACR et intègre le CNAC en 2011 où elle se forme comme artiste de cirque avec pour spécialité la voltige/le main à main. En 2013, elle tourne le spectacle de sortie d’école “Tetrakaï” mis en scène par Christophe Huysman. Elle crée sa première pièce “Noos” avec Frederi Vernier au CND en mars 2015. Ils tournent leur création durant quatre années en France et à l’étranger en tant que production déléguée du Théâtre du Monfort. Entre 2015 et 2016, elle participe au projet de création cirque/danse franco-caribéen “Antipode” mené par le PPCM en France, au Chili, à Madagascar et en Guadeloupe, et poursuit sa participation avec Gaëtan Levêque lors de la création de “Piano sur le fil” avec le musicien Bachar Mar-Khalifé. Entre 2016 et 2019 elle est également interprète dans le spectacle de danse “L’hypothèse de la chute” de la Cie Le grand jeté. Aussi en 2015 elle est invitée à créer un « Sujets à Vifs » à Avignon avec l’autrice Pauline Peyrade, elles créent et jouent “Est” lors du festival d’Avignon 2015 au jardin de la vierge du lycée Saint-Joseph et fondent ensembles en 2016 la #CiE à Lyon. Elles poursuivent le geste de « Est » avec le compositeur Antoine Herniotte et créent « Poings » qui voit le jour en 2018 au Préau à Vire. Fin 2019 elles achèvent la seconde pièce de la #CiE, qui devient dès lors Morgane, avec “Carrosse” qui naît d’une invitation des Scènes du Jura et de la Comédie de Saint-Étienne à créer une pièce itinérante; spectacle qu’elle joue actuellement. Prochainement elle repartira en création avec Morgane pour le projet de création “Nord” et elle participera à la création de “Tiempo al tiempo”

avec la Cie 7bis et “Aevum” avec la cie L.I.E. À partir de 2020, elle est artiste associée à l’Espace des Arts de Châlons-sur-Saône sous la direction de Nicolas Royer. Parallèlement à son travail de création et d’interprète, elle intervient aussi comme pédagogue en France ( Subsistances, Chatellerault..) comme à l’étranger (Brésil, Pérou..)

Conception et interprétation : Justine Berthillot et Mosi Espinoza