Constant Bankoué

Du 17 au 22 décembre 2018, puis du 15 au 18 janvier 2019
Résidence

Lauréat du tremplin chorégraphique Maillage, Constant Bankoué est accueilli en résidence aux Subsistances pour son solo The Box and the Alchemist.

Le projet

The Box and the Alchemist

Il s’agit de mettre en scène un personnage qui vit un cheminement, qui tend à s’affranchir de ses réflexes, de ses routines, pour vivre une métamorphose. Affronter les craintes qui viennent avec l’idée du changement, de la perte de repères, de l’inconnu.

Note d’intention

« Me sentant confiné dans ma technique Hip hop, je me suis lancé, il y a 4 ans, dans l’exploration de techniques de percussions corporelles. Cette approche me conférait une certaine liberté, car il ne s’agissait plus seulement d’être au contrôle de ses mouvements, mais également de devenir le métronome de l’action. Je voulais aborder le lâcher prise et la liberté de mouvement dans une forme nouvelle.

Comme pour beaucoup d’artistes, la question de l’expression de soi m’est chère.
Comment se servir du soi pour créer quelque chose de sensible ?
Cette question prend d’avantage d’envergure lorsqu’il s’agit d’un solo chorégraphique. L’objectif étant non pas de se raconter soi-même mais de cristalliser ce qui résonne à l’intérieur pour permettre une connexion avec le public. Ce qui résonnait en moi, c’était la crainte de ne pas arriver à me réinventer, la crainte que mon expression artistique ne devienne stéréotypée, impersonnelle.

Ma réflexion autour de cette idée m’a conduit, autant sur le plan personnel qu’artistique, à questionner d’une part la capacité à altérer le « soi », et d’autre part celle à s’en affranchir. Non pas dans une optique de rejet, mais davantage dans la volonté d’élargir le soi et ses horizons. »

Constant Bankoué

L'artiste

C’est à l’âge de 11 ans, au Cameroun, son pays natal, que le premier contact s’effectue avec la danse. À 14 ans, Constant Bankoué comprend que la danse est bien plus qu’une passion et que sa vie va se construire autour de cette discipline artistique.

Arrivé en France en 2009, il décide de repartir de zéro et de se former aux bases des styles qui l’interpellent : Hip hop (sa danse de prédilection), Krump, House dance, Locking et Popping. Le but pour lui est d’enrichir son Hip hop par le contact d’esthétiques différentes.

Sa pratique du mouvement se veut subtile, organique, avec une importance accordée aux nuances.

La transmission étant un élément essentiel dans son parcours, il dispense des cours de Hip hop depuis 2012. Son approche pédagogique consiste à guider ses élèves vers un apprentissage de leur propre identité en tant que danseur. Son travail de recherche chorégraphique est en accord avec cette idée de recherche de soi.

Photo © Tony Noël