Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique - Lyon
Théâtre / Danse /
Cirque / Musique

Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique – Lyon

Archives - Saison 2014 - 2015

Tânia Carvalho

Weaving chaos

Du 19 au 22 septembre 2014

Création  Danse

Tania-Carvalho-©michel-cavalca-subsistances

Présentation

Ou comment la promesse d’Ithaque et l’obstination toujours recommencée d’Ulysse pourraient dire quelque chose de la recherche du mouvement.

Epuisé mais héroïque, ainsi vogue Ulysse dix ans durant vers les rives d’Ithaque. Epuisé et héroïque, ainsi progresse le lecteur d’Homère. Epuisés et héroïques, ainsi dansent les interprètes de Tânia Carvalho, à la recherche du mouvement. Avec Weaving chaos, inspiré de l’Odyssée, la chorégraphe portugaise poursuit une œuvre entamée il y a quinze ans dans le feu du collectif lisboète Bomba Suicida. En 2011, Isocahedron faisait d’une structure géométrique complexe un principe de composition à l’épreuve de 20 danseurs.
En 2012, son 27 os s’attardait sur le squelette des mains et de pieds et l’année suivante, The Recoil of Words, commande des Subsistances pour le Festival Aire de jeu, installait ses danseurs sur un souffle de cornemuse. Une écriture calée sur la ligne et la structure, qui lorgne du côté de l’abstraction mais se chauffe tous azimut à la peinture – très figurative –, au cinéma – côté muets expressionnistes –, à la musique – tendance électro. À condition de « penser par le prisme du mouvement, des intensités du corps, des rythmes, des pauses, des silhouettes, des atmosphères ».

« Le simple fait de transposer quelque chose comme l’Odyssée dans le territoire de la danse est en soi une épreuve et une errance, dans la mesure où cela implique le mélange et l’assemblage de toutes les figures qui le composent, et donc indique clairement le besoin non pas tant de l’assimilation ou de l’adaptation, mais de sa transfiguration pure et simple. C’est pourquoi il ne peut y avoir aucune assurance, mais uniquement la prise de risque et le danger, aucun développement apparent, mais seulement le chevauchement du désordre et de l’agitation intérieure. »
Bruno C. Duarte

Distribution

Chorégraphe : Tânia Carvalho
Danseurs : Anton Skrzypiciel, Allan Falieri, André Santos, Bruno Senune, Catarina Felix, Cláudio Vieira, Gonçalo Ferreira de Almeida, Leonor Hipólito, Luiz Antunes, Luís Guerra, Maria João Rodrigues, Petra Van Gompel
Directeur adjoint : Pietro Romani
Texte : Bruno Duarte
Musique : Ulrich Estreich
Scénographie : Jorge Santos
Costumes : Alexander Protic
Lumières : Zeca Iglésias

Production : Bomba Suicida

Coproduction : Les Subsistances (Lyon), Biennale de la danse 2014, Les Spectacles Vivants – Centre Pompidou Théâtre de la Ville (Paris), O Espaço do Tempo (Montemor-O-Novo), Maria Matos Teatro Municipal (Lisbonne), Centro Cultural Vila Flor (Guimarães), Teatro Virgínia (Torres Novas), Teatro Viriato (Viseu) – Avec le soutien de Rede Cinco Sentidos – Maria Matos Teatro Municipal, O Espaço do Tempo, Centro Cultural Vila Flor, Teatro Virgínia, Teatro Viriato et Teatro Académico Gil Vicente, Alkantara (Portugal).

Bomba Suicida est une structure soutenue par le Gouvernement du Portugal – Secrétaire d’état pour la Culture et Direction générale des arts (Portugal).

Elle a dit

Quelques mots de la chorégraphe

« Pour Weaving chaos, je me suis inspirée des danseurs classiques (pour le mouvement), car alors qu’Ulysse essaye de rentrer chez lui, il est de plus en plus fatigué au fil des pages, et en même temps son désir d’arriver à destination devient plus fort. Je compare cela au danseur qui répète les mouvements encore et encore jusqu’à les exécuter à la perfection. Le danseur s’épuise et continue d’essayer. Les mouvements perdent de leur précision technique, mais à mon sens, l’expression des mouvements devient plus intense. Ce n’est bien sûr pas ma seule inspiration. J’ai également été très influencée par les mouvements de la mer, les tempêtes, les personnages et les situations décrits dans le livre. […]

Je considère mon travail comme une distorsion de la réalité, qui provoque des expériences émotionnelles et des humeurs, plutôt que d’en donner une idée claire et définie. Mais mon travail ne se limite pas qu’à ça. […]

Je suis la seule à faire partie du collectif Bomba Suicida depuis le début. Mais son nom lui a été donné par Filipe Viegas, pour exprimer le fait que les artistes de Bomba devaient être des terroristes et envahir les espaces avec de l’art, mais que si ça explosait, ce serait avec des bonbons ! Bomba Suicida est né car nous avions besoin de soutien pour nos projets, surtout en termes de production. Alors nous nous sommes réunis pour nous aider les uns les autres. Nous travaillions en grande partie gratuitement pour Bomba. Par exemple si l’un d’entre nous montait une pièce, un autre était interprète et un autre producteur, puis les rôles s’inversaient en fonction des besoins. Quelques années plus tard nous avons loué un espace et demandé des aides structurelles. Lorsque Bomba est devenu ce qu’il est aujourd’hui (c’est-à-dire avec moi, Luis Guerra et Marlene Monteiro Freitas), nous avons décidé de quitter le lieu et de devenir une société de production pour nous trois. […]

C’est mon envie de faire de la chorégraphie qui a fait de moi une chorégraphe. Je ne me suis jamais considérée uniquement comme une danseuse. […]

Je me souviens que quand j’étais étudiante j’aimais beaucoup Mathilde Monnier parce que ses danseurs étaient extrêmement précis. J’aime beaucoup Las distinguidas de la Ribot. Mais je n’ai pas le sentiment d’avoir des références spécifiques. Mes influences les plus fortes me viennent de la peinture (j’ai étudié un an aux Beaux-arts), Brueghel, Bosch, Cranach, El Bosco, James McNeill Whistler… Et également des films réalisés par des gens comme Murnau et Fritz Lang, qui contiennent beaucoup de « danse » à mon sens. » Tânia Carvalho

Interview par Radio Pluriel

Autour du spectacle

Workshop’brunch
Samedi 20 septembre à 10h30
2h d’atelier de pratique artistique animé par Tânia Carvalho suivi d’un brunch.

Workshop’pro
Vendredi 12 septembre à 10h
Atelier de danse réservé aux professionnels animé par Tânia Carvalho.
(Renseignements auprès du CND de Lyon / 04 72 56 10 70).

Partager

Tarifs

8€ / 16€

Dates & horaires

ven 19 septembre 2014 / 20:30

sam 20 septembre 2014 / 19:00

dim 21 septembre 2014 / 19:00

lun 22 septembre 2014 / 20:30

Téléchargement

Feuille de salle

Dans le cadre de

fragments-d-fomere-logo

logo-biennale-danse-2014