Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique - Lyon
Théâtre / Danse /
Cirque / Musique

Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique – Lyon

Archives - Saison 2013 - 2014

Triomphe du temps

Marie Vialle

Dimanche 30 mars

Lecture

Triomphe_du_temps_credit_romain_etienne

Présentation

artistes-des-10-ans

Pascal Quignard a écrit ces histoires pour Marie Vialle. Pour que cette merveilleuse comédienne les porte sur scène. « Un corps d’homme, une femme si vieille, c’est trop grand. La vie par bribes. Nous sommes deux, Lam et moi, sur la scène. On cherche ensemble. On trafique. C’est fait pour apaiser. Apaiser les vivants. Apaiser les morts. Apaiser les morts qui réclament au fond de tous les vivants. Entre un poème et un chant et un jeu. ». Marie reprend pour nous, seule, ce triomphe du temps.

Le Triomphe du temps a été présenté aux Subsistances du 29 septembre au 7 octobre 2006.

Distribution

Texte : Pascal Quignard
Mise en scène et interprète : Marie Vialle

Note d’intention

« Un corps d’homme, une femme si vieille, c’est trop grand. Ce n’est pas à ma taille. Il y a de l’air entre les étoffes, de l’air entre les âges. Il y a de la place pour respirer. Une longue plainte comme un appel. Une suite de cris. La vie par bribes.
Nous sommes deux, Lam et moi, sur la scène. On cherche ensemble. On trafique. Dans nos coins on est tout entier à nos jeux, à nos danse secrètes, à nos mots, à nos tentatives, à nos petites manies, nos cailloux, notre joie. On s’approche tout doucement du vide. On avance par éclats. C’est fait pour apaiser. Apaiser les vivants. Apaiser les morts. Apaiser les morts qui réclament au fond de tous les vivants. Comme dit Micha :c’est une cérémonie joyeuse. Je voudrais comme lancer les mots-les phrases,les contes- de Pascal Quignard dans les airs, les faire tournoyer ensemble pour qu’ils résonnent bien. Pour qu’ils fassent tout seuls des ponts dans les airs. Entre un poème et un chant et un jeu. »
Marie Vialle

Parcours

Marie Vialle suit les cours de l’École de la rue Blanche-Ensatt avec Redjep Mitrovitsa, Jacques Kraemer et Aurélien Recoing de 1992 à 1994. De 1994 à 1997, elle poursuit sa formation au Conservatoire National Supérieur d’art dramatique de Paris avec comme professeurs Daniel Mesguich, Philippe Adrien et Jacques Nichet. Au théâtre, elle joue notamment sous la direction d’André Engel pour La Double mort de l’horloger, Alain Françon pour Oncle Vania, Luc Bondy pour La Seconde surprise de l’amour, mais aussi Marie-Louise Bischofberger, Jean-Michel Rabeux, Jean-Louis Benoît, David Lescot, Renaud Cojo, Jean-Louis Martinelli, Julie Brochen et bien d’autres. Au cinéma, elle joue dans Les Inséparables de Christine Dory, La Parenthèse enchantée de Michel Spinosa, Julie est amoureuse de Vincent Dietschy ou sous la direction de Joseph Morder et Thomas Bardinet. Son premier spectacle, Le Nom sur le bout de la langue, a été créé en 2005 à Paris au Théâtre de la Bastille. Cette pièce a été présentée aux Subsistances pendant le Week_End Ça Compte !, en avril 2006. En 2008, elle met en scène Les Lois de l’hospitalité, d’Olivia Rosenthal, montré aux Subsistances lors du Week_End Ça Tchatche !.

Partager

Tarifs

8 € pour tous

Dates & horaires

dim 30 mars 2014 / 16:45

Téléchargement

Feuille de salle

Quand est-elle venue aux Subs ?

> Week_End Ça Compte ! – avril 2006
> Du 29 septembre au 7 octobre 2006
> Week_End Ça Tchatche
– avril 2008
>
Pour le festival Parler d’ailleursfévrier 2011