Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique - Lyon
Théâtre / Danse /
Cirque / Musique

Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique – Lyon

Archives - Saison 2012 - 2013

Demo

MAUD LE PLADEC

Du 30 janvier au 2 février 2013

Création  Danse

Demo © Romain Etienne / Itemm

Présentation

Aux Subsistances : soirée partagée

Partition : Dark full ride
Pièce pour 5 danseurs + 4 percussionnistes (TaCTuS)

« J’ai envie de travailler sur la démocratie, pas la démocratie dans la définition réduite à son cadre politique. […] La démocratie « insurgente » qui oeuvre pour la dissolution des certitudes. » 

La musique contemporaine est pour Maud Le Pladec un matériau essentiel. Pour elle, les corps sur le plateau entrent avec rigueur dans la partition musicale. Ils la font entendre. Elle choisit ici une pièce pour percussions de Julia Wolfe : Dark Full Ride. Tenante d’une danse à la fois rigoureuse et énergique, sa première pièce Professor (2010) avait été écrite sur la musique du compositeur italien Fausto Romitelli. Elle a créé une pièce de David Lang aux Subsistances lors de la précédente édition d’Aire de jeu.

Spectacle suivi de :

A Response to ‘Dig Deep’ – Création
ARKADI ZAIDES
Partition : Dig Deep
Solo + quatuor à cordes (Quatuor Leonis)

Distribution

Conception et chorégraphie : Maud Le Pladec
Compositrice : Julia Wolfe (Dark Full Ride)
Interprètes : Olga Dukhovnaya, Julien Gallée-Ferré, Corinne Garcia, Mélanie Giffard, Simon Tanguy
Musique : Ensemble TaCTuS
Assistant musical : Gaël Desbois
Création lumières : Sylvie Mélis
Création costumes : Alexandra Bertaut
Régie générale : Fabrice Le Fur
Assistant création lumières et régie lumières : Nicolas Marc

Production : Association Léda
Coproduction : Les Subsistances – Lyon
Avec le soutien de : Ministère de la Culture et de la communication – DRAC Bretagne, Région Bretagne, Ville de Rennes, Arcadi, Adami, Spedidam

Biographies

Maud Le Pladec : Issue de la formation ex.e.r.ce à Montpellier Maud Le Pladec poursuit son parcours d’interprète auprès de Loïc Touzé, Emmanuelle Vo-Dinh, Mathieu Doze, Jennifer Lacey, Latifa Laâbissi, George Appaix, Herman Diephuis, Mathilde Monnier ou encore Boris Charmatz. Tenante d’une danse à la fois rigoureuse et énergique, sa première pièce Professor (2010) avait été écrite sur la musique du compositeur italien Fausto Romitelli. Elle avait créé une pièce de David Lang aux Subsistances lors de la précédente édition d’Aire de jeu.

TaCTuS : jeune ensemble de percussions est un fervent défenseur de la musique contemporaine. Leur répertoire comporte de nombreuses pièces du répertoire européen du 21e siècle ainsi que d’autres, plus avant-gardistes résultant d’une collaboration avec de jeunes compositeurs français. Lauréats de plusieurs concours internationaux, les membres de TaCTuS travaillent régulièrement avec l’Orchestre national de Lyon, l’Opéra de Lyon, l’Ensemble Inter-Contemporain. L’ensemble TaCtus a collaboré avec Yuval Pick lors de la précédente édition d’Aire de jeu.

Autour du spectacle

Babel
Mercredi 30 janvier 2013
Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Workshop’Brunch avec Maud Le Pladec
Samedi 2 février à 10h30
Atelier animé par l’artiste.

Workshop’Brunch avec Arkadi Zaides
Samedi 2 février à 10h30
Atelier animé par l’artiste.

Interview

Vous participez pour la seconde fois à Aire de Jeu, vous nourrissez une relation particulière avec la musique contemporaine ?
Le champ de la musique contemporaine m’intéresse bien sûr, mais ce que j’aime particulièrement, c’est travailler à partir des compositions, des travaux de compositeurs. Cela signifie que je considère une œuvre musicale à la fois comme un objet mais aussi comme un sujet de ma recherche. Je la mets à une place centrale dans le projet. Soit j’étudie l’objet sous toutes ses coutures pour savoir comment il a été fabriqué, ce qu’il raconte et comment il apparaît. Et ensuite, je m’appuie sur cette étude pour pratiquer une immersion, pour re-transposer la compréhension de ce monde là sur le plateau : c’est une forme de réinterprétation ou de relecture. Soit, et c’est ce qui commence à apparaître un peu plus maintenant – c’est la 4e pièce que je fais à partir d’œuvres musicales contemporaines – c’est aussi un outil que j’utilise pour écrire la danse.

Cela s’applique comment dans votre travail ?
Concrètement pour ce projet de pièce, j’ai travaillé directement sur la partition. J’ai demandé aux danseurs d’apprendre par cœur la partition des quatre batteries. Nous en avons fait une lecture rythmique et cette partition musicale les aide à évoluer dans la musique, c’est à dire à être plus ou moins proches d’elle. C’est un des principes constants de mon travail : l’idée de la fusion et du contrepoint. Je travaille toujours dans cette zone de friction. Mais nous n’étions jamais allés jusqu’à apprendre la musique car les œuvres que j’avais utilisées étaient trop complexes. Avec ce quatuor de batteries c’est possible. Un ami musicien a inventé pour les danseurs une méthode qui leur a permis d’apprendre par cœur la partition. Ils la connaissent et à partir de là, nous pouvons travailler sur des systèmes de rapprochement ou d’émancipation par rapport à la musique.

Il vous faut désarticuler l’œuvre pour l’appréhender ?
Pas exactement, là je vous décris un outil, la manière dont je travaille dans cette œuvre. Mais ce peut être très différent d’un projet à l’autre. Lorsque j’ai travaillé sur David Lang (Dystopia & Ominous Funk) ou Fausto Romitelli (Professor) j’allais jusqu’à utiliser leurs propres sources d’inspiration, ce qui avait été support ou moteur dans leur recherche au moment où eux créaient la pièce. Et cela venait nourrir la chorégraphie. Avec Julia Wolfe, je ne l’ai pas fait car j’avais envie d’aborder un sujet qui n’avait pas forcément à voir avec cette musique. Je dirais que la musique de Julia Wolfe vient encercler, elle, un contenant ou un environnement qui va appuyer des idées fortes qui seront en travail dans ce prochain projet.

Audio

Écouter la partition : 

Dark full ride Part 1

Dark full ride Part 2

Photos

Partager

Tarifs

15 € / 12 € (réduit+) / 7.50€ (réduit ++)

Dates & horaires

mer 30 janvier 2013 / 21:00

jeu 31 janvier 2013 / 21:00

ven 1 février 2013 / 21:00

sam 2 février 2013 / 21:00

Téléchargement

Feuille de salle

Dans le cadre de

Aire de jeu du 29 janvier au 2 février 2013 :
2e édition du festival, en collaboration avec le Théâtre de la Croix-Rousse et le CCN de Rillieux-la-Pape.