Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique - Lyon
Théâtre / Danse /
Cirque / Musique

Les subsistances

Laboratoire international
de création artistique – Lyon

Archives - Saison 2013 - 2014

La douleur du martien

Sarah Bahr

Samedi 16 novembre

Création  Performance

bahr_13_une

Présentation

Thématique : Normal / Pas normal

L’autre

Comment « le martien » réagit-il à la douleur physique ou psychique ? L’autre dans la douleur n’est-il pas toujours « notre martien » ?

Sarah Bahr, jeune artiste plasticienne et performeuse, place l’altérité au centre de son travail. Elle interroge la différence comme point de perception, et la normalité des écarts de perception. C’est précisément ce jeu sur les écarts – entre le terrien et son Doppelgänger, entre le fou et le martien – qui sert de point de départ à diverses reconstitutions d’espaces mentaux et traversées de matières permettant de répondre à cette angoissante question : « what it is like to be a Martian ? ». Davantage que ses implications métaphysiques, ce sont les résonances poétiques de ce texte, qui ont guidé le travail d’écriture au plateau.

Distribution

Performeurs : Pierre Saint-Germier, Thomas Guené, Clément Canonne.

Cette performance est présentée dans le cadre du dispositif « Ascenseur » qui propose à de jeunes artistes issus de l’École Nationale des Beaux Arts  de Lyon de s’insérer dans la programmation des Subsistances.

Avec le soutien de Goethe Institut.

Parcours

Sarah Bahr : Après des études à l’Institut des Études Théâtrales Appliquées de Gießen notamment auprès de Heiner Goebbels, Sarah Bahr étudie à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon. Depuis elle poursuit des travaux à trajectoires multiples, unissant ses activités d’artiste plasticienne, de poète et de metteur en scène. Récemment elle a montré son travail au festival « actOral ».

Inspiration

« There might be a strange man who sometimes feels pain, just as we do, but whose pain differs greatly from ours in its causes and effects. Our pain is typically caused by cuts, burns, pressure, and the like ; his is caused by moderate exercise on an empty stomach. Our pain is generally distracting ; his turns his mind to mathematics, facilitating concentration on that but distraction from anything else. Intense pain has no tendency whatever to cause him to groan or writhe, but does cause him to cross legs and snap his fingers. He is not in the least motivated to prevent pain or to get rid of it. […] Also, there might be a Martian who sometimes feels pain, just as we do, but whose pain differs greatly from ours in its physical realizations. His hydraulic mind contains nothing like our neurons. […] When you pinch his skin […] you cause the inflation of many smallish cavities in his feet. When these cavities are inflated he is in pain. And the effects of his pain are fitting : his thought and activity are disrupted, he groans and writhes, he is strongly motivated to stop you from pinching him and to see to it that you never do again. In short, he feels pain but lacks the bodily states that either are pain or else accompany it in us. »

David Lewis, Mad Pain and Martian Pain

Autour du spectacle

Performance / Danse
Rite Riot
Nora Chipaumire

Performance / Musique / Cirque
Knights of invisible
Iona Kewney, Joseph Quimby

Storytelling
Rapport d’Ano®malie
Antonin Potoski, Jean-Biche, Alice Rivières, Cyril Casmeze, Justin Vivian Bond, Boris Razon

Musique
Concert exceptionnel
Justin Vivian Bond

Débat
Zombie vs cyborg : quel avenir pour l’humanité ?
Animé par Martin Legros .
Avec Thierry Hoquet (FR), Pierre Cassou-Nogues (FR)

Débat
Le sens de la famille
Animé par Caroline Broué.
Avec Anne Verjus (FR), Caroline Mecary (FR), Jean-Philippe Pierron (FR), Irène Théry (FR) et Georges Eid (FR) Marie Douris (FR).

+++ After au Lavoir public
Strip-tease existentialiste – L’interview qui déshabille… [LIEN AFTER]
Dimanche 17 novembre 21h30

Partager

Tarifs

8€ pour tous (tarif unique toute l’année)

Dates & horaires

sam 16 novembre 2013 / 16:00

Téléchargement

Feuille de salle

Dans le cadre de